Rubriques




Se connecter à

Un jeune migrant sauvé in extremis à Menton

Ne parvenant pas à franchir la frontière haute pour entrer en France, hier matin, l'homme a menacé de se jeter du pont Saint-Louis. Pompiers et policiers l'ont rattrapé de justesse

arnault cohen Publié le 17/01/2016 à 05:06, mis à jour le 17/01/2016 à 05:06
Le jeune Afghan a tenté de sauter de ce pont, situé au poste-frontière Saint-Louis, à Menton.
Le jeune Afghan a tenté de sauter de ce pont, situé au poste-frontière Saint-Louis, à Menton. Michael Alesi

Les belles histoires ne sont pas fréquentes à la frontière italienne. Celle qui a tenu en haleine pompiers et policiers français et italiens, hier matin à Menton, relève même du miracle. Au terme d'une nuit froide et d'une heure de négociations infructueuses, grâce au réflexe de policiers et pompiers, un jeune migrant a été rattrapé in extremis alors qu'il tombait du haut du pont, à la frontière haute. Une chute qui lui aurait été fatale.

Tout commence vers 3 heures du matin, dans la nuit de vendredi à samedi. Deux jeunes Afghans tentent de passer la frontière par la voie ferrée. Grâce à leur système de détection, les hommes de la police aux frontières de Menton repèrent les deux migrants à hauteur du passage à niveau. Lesquels sont interpellés et conduits au poste-frontière Saint-Louis. L'irrégularité de leur situation étant constatée, ils font l'objet d'une décision de non-admission en France.

« Le dialogue était très compliqué »

 

Tout au long de cette nuit, les deux hommes restent postés à proximité de la frontière franco-italienne. Puis, vers 8 heures, ils décident de tenter le coup à nouveau. Se présentent sur le pont Saint-Louis, à la frontière du haut, qui surplombe le lit d'une rivière asséchée et rocailleuse. À une bonne quarantaine de mètres du sol.

L'un des deux migrants, exaspéré, décide alors d'enjamber la barrière du pont et menace clairement de se jeter dans le vide. Les sapeurs-pompiers de Menton et de Vintimille sont immédiatement alertés de la tournure périlleuse que prennent les événements. Sur place, un dispositif est mis en place pour tenter de raisonner le jeune homme. Il se compose, côté français, de fonctionnaires de la police aux frontières, de la police municipale et de sapeurs-pompiers de Menton. Côté italien, policiers et pompiers sont également mobilisés.

« Le dialogue était très compliqué, témoigne l'officier de garde des pompiers de Menton. Le jeune homme refusait tout dialogue. Il semblait d'ailleurs parler très peu le français ou l'anglais. »

Les secours n'arrivent pas à se rapprocher de l'homme, qui menace toujours de sauter. Au plus près, ils sont à un mètre de lui. Ils ont beau lui proposer un café chaud, des vêtements, des couvertures, rien n'y fait.

Évacué à Nice

Une stratégie est alors mise en place. « Il fallait trouver un moyen de le ceinturer pour l'empêcher de sauter », résume le pompier mentonnais. Par précaution, aussi, l'officier installe des hommes et des moyens de secours sous le pont, 40 mètres plus bas.

 

Par bonheur, ces pompiers-là ne seront d'aucune utilité dans l'opération de sauvetage. Par miracle, pourrait-on dire.

« Vers 9 heures, le jeune homme s'est mis à trembler fortement, ses jambes se sont dérobées à lui et ses yeux se sont révulsés, raconte le pompier. Il était en train de perdre connaissance. Quatre policiers et pompiers se sont précipités sur lui et l'ont attrapé par les vêtements alors qu'il tombait dans le vide. » En une fraction de seconde, ils ont sauvé la vie de ce migrant.

Souffrant d'hypothermie et d'hypoglycémie, l'homme a été pris en charge par les pompiers, sur place, avant d'être évacué à l'hôpital Pasteur, à Nice. En situation irrégulière, il devrait être reconduit à la frontière, dès que son état de santé rendra possible la mesure.

Offre numérique MM+

...

commentaires

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.