“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Un grand prix pour la carte des vins de Marion Cirino à La Turbie

Mis à jour le 27/01/2017 à 13:22 Publié le 27/01/2017 à 13:21
Bruno et Marion Cirino.

Bruno et Marion Cirino. Photo M.-E.C

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Un grand prix pour la carte des vins de Marion Cirino à La Turbie

L’épouse du chef de l’Hostellerie Jérôme a été récompensée par la Revue du vin de France (RVF) pour une carte «aux mille références» où toutes les régions sont représentées

Comme chaque hiver, l’Hostellerie Jérôme est fermée. Mais quand vous téléphonez pour joindre Marion Cirino, l’épouse du chef, vous obtenez la même réponse: "Elle est dans sa cave".

Dans "l’une de ses caves" serait plus juste car l’Hostellerie Jérôme compte un trésor de 30.000 bouteilles réparties sur différents sites dans le village, trésor constitué au fil du temps, avec amour et patience, par Marion Cirino. Et c’est ce travail que vient récompenser le Grand Prix 2017 de la Revue du vin de France (RVF), catégorie Carte des vins de l’année, qui lui a été remis le 5 janvier dernier à Paris, hôtel Bristol.

Appréciation du jury: "Une carte de plus de mille références qui force notre admiration. Toutes les régions sont ici représentées et les vignerons incontournables se déclinent en de nombreux millésimes. Mais l’autre grand point fort de cette carte réside dans les tarifs, loin des coefficients délirants pratiqués par nombre de voisins."

Et Marion Cirino de parler d’une "reconnaissance de la part de la Revue du Vin de France, une référence dans le monde du vin. Cela me fait plaisir aussi pour les vignerons qui sont à notre carte - des petits propriétaires qui sont au quotidien dans leurs vignes, et les soignent, des professionnels engagés qui chérissent leur terre et chez qui je retrouve la qualité de travail de mon mari."

"Parfois, je repars d’une visite avec une bouteille"

"J’ai rejoint mon mari quand il a pris l’Hostellerie. Je n’avais pas de formation particulière. J’ai commencé au bas de l’échelle et progressivement j’ai pris la responsabilité des achats. J’adore le monde du vin, s’enflamme alors la Bourguignonne qui revendique ses racines. Au début, j’ai acheté du vin sans forcément le mettre à la carte, parce que j’essaie le plus possible de servir les vins à maturité – je ne peux pas faire autrement. J’essaie également d’offrir des vins à tous les prix. Parce que le vin c’est comme la cuisine: on peut se faire plaisir à tous les prix. Parfois, je repars d’une visite avec une seule bouteille sur une cuvée de grand vin. Parfois, zéro! Il y a des domaines pour lesquels j’ai mis des années à avoir du vin!"

Marion Cirino souligne que le monde du vin a beaucoup changé avec la mondialisation. Ailleurs dans le monde on parle "cépages". "La France demeure une espèce de matrice avec ses appellations qui imposent une lecture plus complexe, plus fragmentée, et où le vin dépend des terroirs et des hommes, pas des cépages. Selon qu’il est dans un Chablis ou un Meursault, le Chardonnay n’est pas le même."

Marion n’oublie jamais qu’elle est bourguignonne quand elle parle de vins, de terroirs et d’hommes. "La Vallée du Rhône, la Bourgogne c’est tout petit. Vous n’avez qu’un 1 % de Bourgogne en grand cru. Rien à voir avec le bordelais, pas du tout la même qualité de travail. Là-bas, ce sont des commerçants."

Et le Var? "Je connais de grands Bandol rouges qui n’ont rien à envier au Bordelais et qui sont de très grande garde, grâce au Mourvèdre, un cépage qui met beaucoup de temps à mûrir. J’ai des crus qui remontent à 1987."


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.