“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Un Grand Prix étanche à la pénurie d'essence

Mis à jour le 26/05/2016 à 05:07 Publié le 26/05/2016 à 05:07
Depuis 2010, les ravitaillements sont interdits en course et chaque pilote n'est autorisé à prendre le départ qu'avec 100 kg de  carburant. D'où l'essor de nouvelles stratégies grâce au contrôle en direct de la consommation.

Depuis 2010, les ravitaillements sont interdits en course et chaque pilote n'est autorisé à prendre le départ qu'avec 100 kg de carburant. D'où l'essor de nouvelles stratégies grâce au contrôle en direct de la consommation. archives PeterParks/AFP

Un Grand Prix étanche à la pénurie d'essence

Si les cuves de fuel sont de plus en plus à sec en France, aucun danger de voir un pilote à fond de cale à Monaco. Autonome, chaque écurie a débarqué avec ses propres réserves

Faute de carburant, le Grand Prix de Monaco annulé ». Les rédacteurs de Léquipéefine.com, sorte de Gorafi du sport, ont osé. Ce mardi, un rédacteur du site Internet parodique s'est amusé à imaginer l'annulation du Grand Prix de Monaco pour cause de pénurie d'essence.

Une blague étayée de faux propos attribués au président de la FIA, Jean Todt. « Nous risquons de voir les pilotes ne plus pouvoir repartir des stands à la mi-course, faute de pouvoir ravitailler les stands en quantité suffisante. » Une boutade tellement poussée à l'extrême qu'elle élude le règlement mis en place depuis 2010 et l'interdiction de...

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct