“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

  • Et si vous vous abonniez ?

    Au quotidien, où que vous soyez, consultez le journal complet en ligne, dès 6h du matin.

    Abonnez-vous

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Un grand patron et un prince pour MonacoTech

Mis à jour le 09/11/2017 à 05:33 Publié le 09/11/2017 à 05:33
« Je trouve génial que des gens aient envie de créer un grand truc avec peu d'argent. »
Je découvre la nouvelle offre abonnés

Un grand patron et un prince pour MonacoTech

Xavier Niel a inauguré hier avec le prince Albert II l'incubateur de startups monégasque. Le patron de Free explique ici, en exclusivité, sa passion pour les télécoms et les nouvelles technologies

Il n'a pas hésité une seconde. Hier en début d'après-midi, Xavier Niel termine son déjeuner à la table du ministre d'État, Serge Telle. En toute décontraction et arborant un grand sourire, il nous retrouve dans un bureau du Ministère d'État pour un entretien exclusif d'une demi-heure. Le principal actionnaire de Free et de Monaco Telecom se fait rare dans les médias. Mais c'est avec un plaisir évident qu'il raconte à Monaco-Matin sa passion pour les télécommunications et les nouvelles technologies, qui ont fait de lui un milliardaire. Il explique aussi sa participation à la création de MonacoTech, le premier incubateur-accélérateur de startups souhaité par l'État monégasque, et inauguré hier en fin d'après-midi, en présence du prince Albert II et du chef du gouvernement princier (lire page suivante). Interview.

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.