“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Un grain de SEL dans un océan de partage

Mis à jour le 09/09/2017 à 05:21 Publié le 09/09/2017 à 05:21
Lors de la « Gratiferia », l'argent n'a pas droit de cité. Il faut laisser son portefeuille à la maison. On donne et on récupère. La seule transaction qui vaille ? « Un sourire suffira », répond l'association.

Lors de la « Gratiferia », l'argent n'a pas droit de cité. Il faut laisser son portefeuille à la maison. On donne et on récupère. La seule transaction qui vaille ? « Un sourire suffira », répond l'association. DR

Un grain de SEL dans un océan de partage

Roquebrune Face au succès rencontré par sa première « Gratiferia », l'association SEL du Citron récidive demain esplanade Jean-Gioan. Le concept ? Une brocante où tout est gratuit

Avec le Système d'échange local (SEL) du Citron, fini les échanges marchands, adieu les marges douteuses et bye-bye l'obsolescence programmée. Place au troc, au partage et au don.

Forts du succès de leur première « Gratiferia » organisée à Gorbio en juin dernier, les membres de l'association remettent le pied à l'étrier pour une seconde édition, prévue demain sur l'esplanade Jean-Gioan, à Roquebrune-Cap-Martin. Le concept reste inchangé et on ne peut plus simple : « Le jour de la Gratiferia, tout est gratuit », s'enthousiasme Robert Petit-Bon, un membre du bureau de l'association et adhérent de la première heure. « Lors de la première édition, à Gorbio, les gens se sont précipités. Au début, certains étaient septiques, ils pensaient qu'on allait leur vendre quelque chose », reprend-il dans un éclat de rire. « Au final, ça a été une belle initiative qu'on voulait reproduire. »

Une brocante où tout, absolument tout, serait gratuit ? « Absolument ! Il suffit de venir et de prendre ce que l'on a envie », tranche Michèle Monnier, la trésorière de l'association. « Il ne faut pas être gêné de n'avoir rien à donner. On a établi une charte de bonne conduite mais on fait avant tout confiance aux gens. »

Un « repair café » pour tout retaper

Pour la première fois, le SEL du citron pourra compter sur la présence d'un stand au concept bien particulier. Venu de Nice, un « repair café » prendra place sur l'esplanade et proposera au public le talent de ses experts en réparation. « Textile, meubles, électroménager… Ils savent tout réparer. C'est tout à fait dans l'esprit de la Gratiferia. Plutôt que de jeter les objets, ça permet de leur offrir une seconde vie », explique encore la trésorière.

« Ce qu'on veut, c'est donner plus de place au lien social, à l'échange, au don, sans passer nécessairement par une transaction économique », assurent en cœur les membres du SEL du citron.

Pour ceux qui n'auraient pas pensé à réserver leur espace auprès du bureau de l'association, pas de panique ! « Vous pourrez quand même venir poser votre bâche et donner vos objets. On trouve toujours un moyen de s'arranger », sourient les membres.

À vos marques, prêts ? Donnez !


La suite du direct