“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Un été sur scène pour les Affaires culturelles L'orgue de la cathédrale dans tous ses états

Mis à jour le 06/06/2018 à 05:07 Publié le 06/06/2018 à 05:07

Un été sur scène pour les Affaires culturelles L'orgue de la cathédrale dans tous ses états

Du Fort Antoine à la cathédrale, les équipes ont préparé deux festivals d'art vivant - théâtre et orgue - ouverts gratuitement et qui trouvent, chaque saison, leur public

Quarante huit ans que ça dure. Comme une institution, la saison de théâtre au Fort Antoine, en plein air, reprend cet été.

Le programme orchestré par la direction des Affaires culturelles a été dévoilé hier, conjointement avec celui du festival d'orgue. Une saison plus riche qu'à l'horizon. Sept spectacles au lieu de six pour la programmation du Fort Antoine. Neuf concerts au lieu de huit à la cathédrale pour le festival d'orgue.

« C'est une offre complémentaire à ce que l'on peut voir en Principauté », note Jean-Charles Curau, le directeur des Affaires culturelles, qui rappelle que son service, en plus de ses activités, « fait le même métier que les entités culturelles du pays, en se confrontant aux mêmes réalités ».

Alternative au foot ?

Au Fort Antoine, dans ce théâtre avec les étoiles pour plafond, la saison démarre le 3 juillet. Avec le spectacle « Italie-Brésil 3 à 2 » de Davide Enia, basé sur le match de foot historique de la Coupe du Monde de 1982, en quart de finale. ça tombe bien, ce soir-là ce sont les 8e de finales de la coupe du monde en Russie qui se joueront… le spectacle pourra être une alternative à une soirée 100 % foot… quoique.

Parmi les temps forts, le programmateur Jo Bulitt promet une « intensité incroyable » pour le spectacle Des hommes en devenir, donné par la troupe du Bloc Opératoire, une fidèle du festival. Comme la compagnie Arketal, qui mélange comédiens et marionnettes pour raconter l'histoire de ce nettoyeur de petites cuillères embarqué sur le Titanic dans la pièce Le passager clandestin .

Pensez à réserver !

Les amateurs pourront aussi retrouver une pièce moins connue de Shakespeare, Timon d'Athènes, le 7 août. Mais aussi la pièce - parrainée par le diocèse et déjà jouée avec succès en Principauté - sur la rencontre entre le pape Jean-Paul-II et l'ancien administrateur de la Comédie Française, Antoine Vitez, mise en scène par Pascal Vitiello, le 12 juillet.

Dans un autre registre, le texte de Naomi Wallace, Rien n'est si froid, sur l'improbable échange entre deux jeunes filles afghanes et un soldat américain ; puis la pièce Boxon(s) où la compagnie du Petit Théâtre de Pain évoque des tranches de vies complètent la saison.

Une saison qui fait la part belle aux théâtres en troupe et compte des amateurs nourris chaque été. Les fidèles de ce festival d'ailleurs, noteront que cette année, la séance de théâtre en plein air a lieu, non plus le lundi, mais le mardi soir à 21 h 30.

Les spectacles demeurent gratuits. Avec une différence cette année. Il est préférable de récupérer ses places pour les soirées, en amont, au guichet de la Direction du Tourisme, tous les jours entre 9 heures et 19 heures.

C'est l'autre versant des rendez-vous de la DAC pour la saison, le 13e Festival d'orgue réunit les mélomanes chaque année, à la cathédrale, le dimanche à 17 heures.

Et Olivier Vernet, directeur artistique du festival et titulaire du grand orgue de la cathédrale ouvre les festivités cette année, dès le 21 juin. Pour une Fête de la musique réunissant les organistes de la Principauté, ainsi que des élèves confirmés de l'Académie Rainier III et du Conservatoire de Nice.

Un prélude à la saison « qui est composée d'artistes exceptionnels venus de Suisse, d'Allemagne, du Japon et aussi des intervenants dans certains concerts », continue Olivier Vernet. Ce sera le cas le 5 août, pour une soirée dédiée à Jean-Sébastien Bach avec Michel Alabau à l'orgue et le comédien Pierre-Marie Escourrou récitant d'un journal imaginaire du compositeur.

Parmi les temps forts, une « grand-messe solennelle reconstituée avec un chœur de voix d'hommes », promet le directeur artistique, qui sera à l'instrument le 8 juillet avec Jean-Cyrille Gandillet à l'orgue de chœur pour reprendre Les festes solemnelles de François Couperin, compositeur apprécié de Louis XIV et proche du prince Antoine-1er.

Le 1er juillet, l'organiste espagnol Ignacio Ribas Taléns proposera une soirée autour de certaines de ses œuvres et des projections vidéos l'accompagnant.

Le 29 juillet sera le traditionnel concert des jeunes talents (les Français Raphaël Oliver et Loriane Llorca, ainsi que l'Allemand Hendrik Burkard). Le 12 août, autre classique, un ciné-concert avec le film Le fantôme de l'opéra et une improvisation de David Cassan.

Le public pourra aussi entendre Eberhard Lauer le 15 juillet, Benjamin Righetti le 22 juillet et la Japonaise Mami Sakato en clôture, le 19 août.

Neuf concerts sont prévus tout l'été à la cathédrale.
Neuf concerts sont prévus tout l'été à la cathédrale. archives Michael Alési

La suite du direct