“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Un couple de rameurs monégasques a pris le large vers la Mongolie

Mis à jour le 25/04/2016 à 05:12 Publié le 25/04/2016 à 05:12
Après avoir pris la pose avec les curieux et enfilé leur épaisse combinaison, Nathalie et Alain Antognelli ont entamé un périple de deux ans avec pour destination finale la Mongolie.

Après avoir pris la pose avec les curieux et enfilé leur épaisse combinaison, Nathalie et Alain Antognelli ont entamé un périple de deux ans avec pour destination finale la Mongolie. Photo Marine Lecaque

Un couple de rameurs monégasques a pris le large vers la Mongolie

Nathalie et Alain Antognelli sont partis hier pour un périple de 20 000 kilomètres. Le projet de ces Monégasques, baptisé « The Route », a franchi la ligne de départ hier à la Société nautique

Nathalie et Alain Antognelli ne font jamais rien comme tout le monde. Inenvisageable pour eux de se rendre en Mongolie en avion ou en véhicule motorisé. Ils ont décidé de traverser l'Eurasie en kayak puis à vélo pour finir leur expédition auprès des peuples nomades. Ce sera pour eux le moyen infaillible de se rapprocher au plus près de la nature et de communautés aux traditions ancestrales. Avant que le changement climatique et l'industrialisation ne transforment les derniers sanctuaires sauvages de la planète, le couple veut immortaliser par l'image les communautés nomades mongoles.

Hier à la mi-journée, ils ont été accompagnés jusqu'à leur sortie du port Hercule, sur quelques kilomètres, par des embarcations de la Société nautique. Avant d'entamer leur longue route vers...

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct