“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Soutenez l’info locale et Monaco-Matin > Abonnez-vous

Un camp de migrants a été évacué à la frontière

Mis à jour le 19/04/2018 à 05:09 Publié le 19/04/2018 à 05:09
Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Un camp de migrants a été évacué à la frontière

Hier matin, ils étaient une centaine à quitter le camp illégal de Vintimille. Une opération « de nettoyage des berges » menée à l'initiative de la mairie qui s'inquiétait « des conditions d'hygiène »

Bouteilles et canettes en plastique vides qui s'entremêlent avec des couvertures effrangées, des pantalons élimés et des chaussures consumées par le temps… Tout a été avalé par les solides mâchoires des bulldozers, à l'aube, hier matin.

Installés dans des tentes - sous le pont de Vintimille et à proximité du cimetière - une centaine de migrants ont été évacués de leur camp illégal. L'opération a été menée à l'initiative du maire de Vintimille, Enrico Ioculano et en présence de la police italienne et des associations d'aide aux migrants. Quelques jours auparavant, l'édile et la préfecture d'Imperia avaient prévenu de cette intervention. « Il ne s'agit pas d'un démantèlement mais d'une opération de nettoyage des berges. La zone était insalubre - sans eau ni toilette - et posait des problèmes d'hygiène. Il fallait donc intervenir », a précisé Vera Nesci, adjointe aux Affaires sociales de la mairie de Vintimille.

« Ils sont tous dispersés dans la nature »

Hier matin, la grande majorité des migrants installés sous le pont avaient déjà quitté le camp, en pleine nuit. « Tout s'est passé assez vite et dans le calme », témoigne Jacques Perreux. Le président de l'association de soutien aux migrants « Les amis de la Roya citoyenne » était sur les lieux dès le lever du jour.

Un accueil au camp de la Croix-Rouge a été proposé à la centaine de migrants restés sur place. « Mais ils ont refusé d'y aller car la Croix-Rouge est sous contrôle du ministère de l'Intérieur italien. Ils ont peur d'être fichés et d'être renvoyés dans le sud de l'Italie », a souligné René Dahon, l'un des adhérents de « Roya Citoyenne ». L'association fournit près de 200 repas chaque soir aux migrants, de Sospel à Saorge. « Ça ne désemplit pas. Ils viennent surtout d'Afrique de l'ouest, mais aussi du Soudan ou d'Érythrée… Il y a des femmes et des enfants », décrit-il.

Et d'ajouter que le problème migratoire s'est déplacé : « Toutes ces personnes démunies ont quitté le camp et ne veulent pas se rendre à la Croix-Rouge. Ils sont tous dispersés dans la nature. Et maintenant ? »

Et Vera Nesci de préciser : « Le problème, c'est que nous ne pouvons pas forcer ces gens à venir à la Croix-Rouge. Les passeurs colportent des fausses rumeurs. Ils leur font croire qu'on les enfermera. Or sur le camp, les migrants sont libres d'aller et venir et ils ont une bien meilleure condition sanitaire. »

Un phénomène inquiétant

Durant plusieurs jours, les policiers vont surveiller de près le pont de Vintimille et ses alentours. Car malgré l'opération de « nettoyage », des passeurs rôdent toujours et un réseau de prostitution et de vente de drogues s'est progressivement tissé… En 2017, un nombre record de 350 passeurs a été interpellé à la frontière franco-italienne.

À Vintimille, le sujet migratoire reste très sensible. Hier vers midi, une cabane du camp illégal a d'ailleurs mystérieusement pris feu… sans témoin. « Et le maire continue de recevoir régulièrement des menaces de mort (1) », confirme-t-on à l'Hôtel de ville. L'édile italien doit alors s'entourer de policiers lors de ses déplacements.

Du côté français, les chiffres des flux migratoires ont de quoi tourmenter. En 2017, on arrive au nombre record de 50 000 interpellations sur le département (2) (37 000 en 2 016). Malgré tout, le maire de Menton, Jean-Claude Guibal se veut rassurant : « J'ai toute confiance dans les équipes de la Paf et de la gendarmerie pour qu'elles assurent un contrôle efficace et de manière correcte tant sur le plan légal qu'humain de la frontière. »

Cette semaine, la loi « asile et immigration » est débattue à l'Assemblée nationale.

Pour Alexandra Valetta-Ardisson, députée de la 4e circonscription, l'enjeu sera de voter un texte « qui trouvera le juste équilibre entre humanité et fermeté. »


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.