“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Un Bal de la rose dans un palais viennois

Mis à jour le 18/03/2017 à 05:10 Publié le 18/03/2017 à 05:10
Le thème du 63e Bal de la rose, déterminé par la princesse de Hanovre, a largement inspiré Karl Lagerfeld.

Le thème du 63e Bal de la rose, déterminé par la princesse de Hanovre, a largement inspiré Karl Lagerfeld. Cyril Dodergny

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Un Bal de la rose dans un palais viennois

La Salle des Étoiles, où se tiendra ce soir la 63e édition du grand gala de charité, a adopté le style géométrique de la période autrichienne de la Sécession

Klimt, Hoffman ou encore Khnopff. Autant de noms qui rappellent l'époque de la Sécession en Autriche mais qui ont aussi inspiré cette année le couturier Karl Lagerfeld pour le traditionnel Bal de la Rose à Monaco.

Un thème déterminé avec la princesse de Hanovre, « très impliquée dans la création artistique », selon Françoise Dumas, organisatrice de l'événement avec Anne Roustang depuis maintenant vingt-quatre ans.

« Karl a feuilleté un livre sur le Wiener Werkstäte (un atelier de production où exerçait notamment Josef Hoffmann, Koloman Moser, NDLR) et il y a collé des post-it partout. Ça l'a beaucoup inspiré », poursuit Anne Roustang.

Dès l'entrée, les invités sont plongés dans un décor inspiré du Wiener Werkstätte, un atelier finalement très moderne pour son époque. Formes géométriques et roses (14 000 prévues pour l'occasion) se mêlent pour laisser place à la rêverie. Car c'est bien la particularité de cet événement : le Sporting est complètement transformé afin de plonger les invités dans un tout autre univers.

Une course contre la montre

Les monteurs et techniciens s'affairent depuis lundi pour rendre la soirée la plus inoubliable possible. « C'est un véritable challenge chaque année, explique Anne Roustang. C'est un public gâté, il faut constamment les émerveiller et surtout se renouveler tous les ans. »

Hier, à un jour du lancement du bal, la Salle des Étoiles est une véritable ruche. Monteurs, assembleurs ou encore fleuristes, tous les corps de métier travaillent main dans la main. « Le timing est minuté. On ne s'arrête pas jusqu'au lancement de la soirée. Il faut que tout soit parfait », poursuit Françoise Dumas. Des nappes qui reprennent le motif floral d'Hoffman aux centres de tables aux motifs graphiques caractéristiques de la période, tout a été pensé dans le moindre détail. Le rideau de la scène reprend quant à lui l'ex-libris Emma Bacher dessiné par Carl Otto Czeschka en 1909. Splendide !

Une programmation musicale éclectique

Qui dit Vienne dit musique classique. Les Solistes de l'Orchestre philharmonique de Monte-Carlo ouvriront le bal sur une scène construite, pour l'occasion, directement inspirée du pavillon autrichien de l'exposition Werkbund de Cologne (1 914). Se succéderont ensuite les chanteuses Hollysiz, Imany et la DJ viennoise Johanna Mayr-Keber. Un choix signé Karl Lagerfeld qui « aime bien décaler les artistes du thème ».

Près de 850 invités sont attendus ce soir pour une ouverture du tapis rouge dès 19 heures.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.