“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Un Bal de la Rose dans l'esprit de Manhattan à Monaco

Mis à jour le 25/03/2018 à 19:09 Publié le 25/03/2018 à 19:00
 À Monaco, le Bal de la Rose ouvre traditionnellement la saison dite des amours.

À Monaco, le Bal de la Rose ouvre traditionnellement la saison dite des amours. Photo Cyril Dodergny

Un Bal de la Rose dans l'esprit de Manhattan à Monaco

La soirée présidée ce samedi soir par la princesse de Hanovre avait des accents new-yorkais, dans une salle des Étoiles transformée pour l'occasion par Karl Lagerfeld avec des dessins de Sempé.

Une hirondelle fait le printemps. À Monaco, c'est un bal qui ouvre traditionnellement la saison dite des amours.

Un cérémonial - le même depuis 1954 - respecté ce samedi soir à la salle des Étoiles ou se tenait le Bal de la Rose, qui marque l'ouverture du temps des festivités en Principauté.

En l'absence du souverain - engagé dans la mission scientifique à bord du Yersin dans le Pacifique - La princesse Caroline a présidé la soirée aux côtés de trois de ses enfants: Alexandra de Hanovre, Charlotte Casiraghi arrivé, comme à la cérémonie des César, au bras de Dimitri Rassam. Et Pierre Casiraghi avec son épouse Beatrice, dont la sculpturale robe noire laissait deviner les courbes d'une nouvelle grossesse.

Lagerfeld revisite Big Apple

Grand ordonnateur de cette soirée qui fait vivre la facette glamour de la Principauté, et complice fidèle de la princesse de Hanovre, le couturier Karl Lagerfeld était toujours à la manœuvre ce samedi soir.

Et le tandem avait choisi cette année New York comme thème de la soirée. Chaque édition du Bal de la Rose étant associé à une destination.

Direction Manhattan donc pour les quelque 900 convives surpris par la skyline new-yorkaise reconstituée avec des dessins de Sempé. De quoi s'imaginer au cinquantième étage d'un building à contempler un Manhattan rêvé. Le tout porté par une atmosphère chargée du parfum de 14.000 roses et fleurs réquisitionnés pour donner à la soirée un air de printemps…


La suite du direct