Rubriques




Se connecter à

Un Bal de la Rose aux accents cubains hier soir à Monaco

Après un hommage à l'Art Déco l'an dernier, la princesse Caroline avait choisi Cuba, hier soir, comme thème et décor du 62e Bal de la Rose qu'elle préside.

C. V. Publié le 20/03/2016 à 05:11, mis à jour le 20/03/2016 à 05:11
Le prince Albert II, la princesse Caroline et le couturier Karl Lagerfeld, hier soir à Monaco.
Le prince Albert II, la princesse Caroline et le couturier Karl Lagerfeld, hier soir à Monaco. C. Dodergny

Après un hommage à l'Art Déco l'an dernier, la princesse Caroline avait choisi Cuba, hier soir, comme thème et décor du 62e Bal de la Rose qu'elle préside. Il y a quelques semaines, la princesse a passé quelques jours dans l'île des Caraïbes avec les Ballets de Monte-Carlo. Et quelques-unes de ses photos prises sur place ont inspiré son ami Karl Lagerfeld qui a signé le décor de la soirée d'hier. Marquant l'ouverture de la saison glamour en Principauté.

Pour la Fondation Princesse Grace

 

Arrivée peu avant 21 heures, la princesse Caroline était accompagnée hier soir par son frère, le prince Albert II. Et par ses quatre enfants. Ses filles, Alexandra de Hanovre et Charlotte Casiraghi. Et ses fils Pierre et Andréa Casiraghi au bras de leurs épouses respectives, Béatrice et Tatiana.

Pour passer cette soirée avec la famille princière, les convives ont déboursé 800 euros pour s'asseoir dans la Salle des Étoiles de Monaco, transformée en rue de La Havane avec répliques de devantures de magasins, de façades de rue et du mythique Café Taberna (lire également Monaco-Matin). Une ambiance portée par plusieurs groupes de musique cubaine. Les fonds récoltés iront soutenir les actions humanitaires de la Fondation Princesse Grace. Qui consacre notamment une grande partie de son budget à la construction et la rénovation de maisons des parents dans les hôpitaux français.

Offre numérique MM+

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.