Rubriques




Se connecter à

Un an après son inauguration, où en est le port de Cala del Forte à Vintimille?

Un an après son inauguration, le port de Cala del Forte à Vintimille éprouve quelques retards dans ses objectifs de commercialisation. Mais ce qui était jusqu’ici une coquille vide semble prendre vie peu à peu.

Julie Baudin et Margaux Boscagli Publié le 27/07/2022 à 15:45, mis à jour le 27/07/2022 à 14:51
S’il est protégée par sa forme des gros coups de mer, les plaisanciers du port de Cala del Forte sont néanmoins incommodés par un phénomène de ressac.

Il y a un an, le port de Cala del Forte – 3e port de la Principauté avec 178 anneaux de 6,5 à plus de 70mètres – était inauguré en grande pompe à Vintimille. L’aboutissement d’un long processus commencé en 2014 quand la Société d’exploitation des ports de Monaco (SEPM) rachetait le port de Vintimille dont le chantier était à l’arrêt. Et l’opportunité toute trouvée pour la Principauté de répondre à une demande sans cesse en hausse des plaisanciers pour une place dans un port monégasque.

Un an plus tard, où en sont les affaires? Le port italien de la Principauté a-t-il réussi à se faire une place? A-t-il séduit la clientèle de plaisanciers plutôt enclins à se tourner vers la Principauté. Pas facile quand il s’agit de rivaliser avec le si monégasque port Hercule, à l’emplacement rêvé, à quelques kilomètres et quelques miles nautiques.

"Il faut du temps pour que ça se mette en place"

À demi-mot la Société d’exploitation des ports de Monaco reconnaît d’ailleurs que le bilan de commercialisation du port de Cala del Forte n’est pas conforme aux objectifs visés. Tout en reconnaissant aussi que comme pour toute nouveauté, "il faut du temps pour que ça se mette en place".

"L’objectif c’est de payer l’investissement qui est de l’ordre de 100 millions d’euros pour 85 ans de concession par de la vente de postes, explique Olivier Lavagna, le directeur général de la SEPM. Nous avons 178 anneaux, 24 reviennent à la mairie de Vintimille. Sur les 154 qu’il reste, il faudrait en vendre une centaine pour une durée de 40 ans".

 

"Aujourd’hui nous avons vendu tous les petits emplacements autour de 10/15mètres. Mais nous n’avons pas l’avancement qu’on voulait sur les plus gros emplacements. Au total, nous avons vendu 54 emplacements, à des résidents monégasques, mais pas que".

"Ce n’est certes pas à la hauteur de ce qu’on espérait, mais compte tenu du contexte de la crise sanitaire, de l’instabilité géopolitique et du problème technique de houle qui est en passe d’être résolu, ça reste satisfaisant. Nous ne sommes absolument pas inquiets pour la suite."

"Aujourd’hui le port est un endroit qui vit"

Surtout que, au-delà de l’aspect commercialisation, les signes sont au beau fixe.

"Aujourd’hui le port vit, les cellules commerciales se sont remplies et les gens viennent s’y promener, confirme Oliver Lavagna. Le soir, les quatre restaurants du port font le plein. Avec ses 15.000m2 de promenade et de jardins c’est un lieu de balade apprécié."

 

Cerise sur le gâteau: la mise en valeur de la vieille ville de Vintimille avec une facilité d’accès grâce à un ascenseur. "Cela faisait partie du contrat. Nous avons installé un ascenseur en avril dernier qui relie le port au vieux Vintimille en 40 secondes. Les trois premiers jours de mise en fonction, il a été emprunté par 4.000 personnes. Une vraie réussite qui est de bon augure pour la suite." 

"Je le rappelle, pour le Grand Prix de Monaco, le port a fait le plein. Il sera aussi plein pour le prochain Monaco Yacht Show. Alors non vraiment, il n’y a aucune inquiétude à avoir sur Cala del Forte. Laissons-nous encore un peu de temps."

Après la crise sanitaire qui a ralenti la commercialisation du port et le conflit en Ukraine, qui a peut-être aussi joué sur les objectifs de vente, la SEPM a dû faire une troisième embûche qui n’était pas prévue dans les prévisions: un phénomène de ressac dans le port qui a gêné une partie des plaisanciers et fait marquer quelques mauvais points au nouveau port pour conclure de nouveaux contrats.

"Le port est arrondi et en termes de protection il se comporte très bien, rassure Olivier Lavagna. Il y a d’ailleurs eu quelques gros coups de mer qui n’ont pas créé de problèmes de sécurité. Par contre, ce que nous avons constaté c’est de l’inconfort pour les plaisanciers, ce qui est très important aussi et nous allons y remédier. Cela a aussi pu freiner la commercialisation, mais le problème est en passe d’être résolu."

De nouveaux travaux doivent donc être engagés au plus vite à Cala del Forte. Ils vont consister à bâtir une digue émergée en forme de boomerang devant l’entrée pour protéger le port.

« Les travaux sont à la charge de la SEPM pour un montant de 3 millions d’euros, précise Olivier Lavagna. Il s’agit d’une digue de protection avec des enrochements qui seront émergés de deux mètres qui vont permettre de couvrir le secteur d’agitation concerné par le ressac. Cette digue protégera aussi la falaise qui est en dessous du fort et une plage juste à côté qui sont aussi concernés par ces ressacs.

L’appel d’offres est en cours et les travaux devraient pouvoir débuter en septembre pour une livraison en fin d’année. »

Offre numérique MM+

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.