“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Tunnel de Tende : le débat va pouvoir reprendre

Mis à jour le 26/12/2016 à 05:12 Publié le 26/12/2016 à 05:12
Le tunnel de Tende relie la France à l'Italie. Aussi la réflexion autour de ses aménagements ne peut-elle être faite qu'au niveau intergouvernemental.

Le tunnel de Tende relie la France à l'Italie. Aussi la réflexion autour de ses aménagements ne peut-elle être faite qu'au niveau intergouvernemental. archives Jean-François Ottonello

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Tunnel de Tende : le débat va pouvoir reprendre

Le président de la Communauté d'agglomération de la Riviera française, Patrick Cesari, a annoncé en conseil qu'il venait d'intégrer la commission intergouvernementale qui statue sur l'équipement

L'annonce lors du dernier conseil communautaire ne faisait pas partie de l'ordre du jour. Des applaudissements nourris l'ont pourtant accueillie sur les bancs des élus de la Carf (Communauté d'agglomération de la Riviera française). Notamment du côté des représentants de la Roya. Et pour cause : ce 12 décembre 2016, le président Patrick Cesari déclarait faire désormais partie de la commission intergouvernementale qui statue sur le chantier du tunnel de Tende. Un espace de dialogue créé en 1993 (1). « Je trouvais cela anormal que personne des Alpes-Maritimes n'y soit présent, explique l'élu. J'ai donc proposé ma candidature. Je veux me montrer fervent défenseur de vos revendications. » Commentaire satisfait du maire de Tende, Jean-Pierre Vassallo : « À chaque fois que l'on faisait des propositions, on nous disait que c'était la commission qui siégeait. C'est donc important d'en être. » La fin d'inquiétudes quant à la surcharge que le double tunnel engendrerait ? Peut-être bien.

Une étude sur le trafic dans le tunnel engagée

Lors de la première réunion à laquelle le président de la Carf a pris part, au ministère de l'Environnement, les aspects financiers, techniques, ainsi que l'avancement du chantier, ont été abordés. Le fraîchement nommé Patrick Cesari a quant à lui demandé à ce qu'une réflexion soit faite sur le trafic, notamment des poids lourds. Susceptibles, d'après lui, de causer des problèmes d'ordres sécuritaire et environnemental. Une commission technique verra ainsi le jour, destinée à se réunir une à deux fois par semestre. Constituée, entre autres, du président de la Carf, de la sous-préfète Véronique Laurent-Albesa et d'un représentant du service des routes au Département. « Nous allons essayer d'avoir des données par rapport au trafic et de proposer des solutions quant au gabarit, au tonnage et à un potentiel péage, reprend l'élu azuréen. De manière à maîtriser les flux. Les conclusions de cette étude seront un moyen de peser sur le destin de la vallée. »

Patrick Cesari ne s'attendait pas, au fond, à ce que les autorités italiennes présentes se rallient à sa cause. « On pouvait penser que ça ne les toucherait pas vu l'argent qu'elles ont investi dans cet équipement… » Elles auraient pourtant approuvé et retenu les propositions avancées. De quoi espérer un véritable dialogue entre les pays frontaliers pour la gestion d'un tunnel fondamental pour chacune des vallées impactées.

« Je vais suivre les évolutions du chantier et faire remonter en permanence les informations de la vallée de la Roya. », conclut Patrick Cesari. Pour qui il n'est clairement plus possible « de s'entendre dire que tout se décide en commission ».


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.