“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Trois visites en une à partir du Jardin exotique

Mis à jour le 20/02/2019 à 10:08 Publié le 20/02/2019 à 10:08
La sépulture ci-dessus a été réalisée sous forme de moulage.
Toute l'info locale + Des reportages exclusifs

Trois visites en une à partir du Jardin exotique

Jardin suspendu, immersion à 100 m de profondeur ou encore squelettes en tout genre. Quand le Jardin exotique, la Grotte de l’observatoire et le Musée d’anthropologie ne font plus qu’un

Fondé en 1902 par le prince Albert-1er, le Musée d’anthropologie préhistorique a été implanté en 1955 dans l’enceinte du Jardin exotique et offre depuis un véritable complément à la visite de la Grotte. Et c’est par l’immense squelette d’un mammouth laineux que la visite débute.

Découvert en Sibérie septentrionale, ce squelette occupe toute la salle et se mêle aux pièces exceptionnelles qui logent en ces lieux. Outillages des homo sapiens vieux de 35 000 ans, lamelles Dufour, coquilles retrouvées dans la grotte, ou encore canines d’ours et bois de cerfs. Les archéologues en herbe ont de quoi trouver leur bonheur.

Sépultures humaines

Plus loin, les amateurs peuvent profiter de la Collection privée du prince Albert 1er de Monaco. Cerf Wapiti américain de 1913, bison d’Europe de 1915, ours noir ou encore élan européen, tous prennent place au fond de la pièce. Dans la salle Rainier-III, un atelier de fabrication de colliers intrigue les enfants.

Le principe est simple, il suffit de frotter un coquillage sur un galet de grès pour le perforer afin de pouvoir enfiler les coquillages sur une cordelette.

Mais l’œil est vite attiré par les sépultures humaines de deux femmes. L’une, vieille de 40 ans et l’autre d’une quinzaine d’années. Des squelettes découverts dans la grotte des enfants, à Vintimille, en Italie. Plus loin, les stèles provenant du village de Tazmin en Mongolie, représentent une divinité à trois yeux.

Jeu de pistes

« À toi, qui as accepté ma mission, deviens aujourd’hui archéologue ». Différents jeux de pistes sont proposés à l’accueil du Musée pour les enfants. À partir de 4, 7 ou 12 ans, les enfants devront résoudre les différentes énigmes. « Pour creuser dans la terre et découvrir les os, j’utilise un objet particulier, lequel ? » ou encore des mots croisés et dessins, sont au programme. De quoi avoir toutes les cartes en main pour comprendre ces trois visites qui sont bel et bien liées.

Un écrin de verdure suspendu où se succèdent voûtes, ponts, grottes et chemins, au milieu de centaines d’espèces de plantes tropicales aux formes extravagantes… Bienvenue au Jardin exotique de Monaco, véritable éden baigné de lumière, qui conduit à la Grotte de l’observatoire et au Musée d’anthropologie.

Mélange universel

Aménagé à flanc de falaise, le jardin surplombe la Principauté et offre un paysage époustouflant. Conçu par l’ingénieur monégasque Louis Notari et impulsé par le prince Louis-II, le parc ouvre au public en 1931 mais est officiellement inauguré deux ans plus tard.

Les végétaux acclimatés dans ce lieu sont originaires de plusieurs contrées lointaines, comme le sud-ouest des États-Unis, le Mexique, l’Amérique centrale, ou encore l’Afrique du Sud. Un véritable mélange universel qui plaît.

« C’est vraiment magnifique », peut-on entendre à travers les cactées, qui envahissent majoritairement l’espace.

Les plantes produisent régulièrement des fleurs afin de se reproduire. Ces floraisons s’échelonnent toute l’année en fonction du lieu d’origine de chaque espèce.

24 degrés. C’est la température que le thermomètre affiche dans la Grotte de l’Observatoire, à 100 mètres de profondeur. Humidité et condensation sont les maîtres mots. Et très vite, les visiteurs en prennent conscience.

Si descendre plus de 300 marches glissantes ne semble pas les contrarier, la chaleur est bien plus difficile à supporter. Les plus sportifs ouvrent la marche, orchestrée par un guide. Les plus lents et les enfants suivent derrière. Très vite, nous arrivons dans la salle des cathédrales. « Pourquoi ? », lance un visiteur.

Tout simplement parce que cette pièce est remplie de cathédrales miniatures. Sous réserve d’avoir de l’imagination. Ici, comme partout dans cette grotte, les stalactites se mêlent aux colonnes, dont certaines sont vieilles de 90 000 ans. La cavité s’enfonce pratiquement jusqu’au niveau de la mer et est parcourue régulièrement par des spéléologues locaux.

Mais ce qui fait toute sa beauté, c’est bien la présence d’hommes préhistoriques aux abords de cette grotte, attestée par les restes d’ossements des animaux qui constituaient leur nourriture.

Ces vestiges témoignent également des variations climatiques qui se sont produites depuis 250 000 ans !

Le mammouth laineux fascine toujours autant petits et grands.
Le Jardin exotique offre une vue imprenable sur le port de Fontvieille et le Rocher.
Une stalactite pousse d’un centimètre tous les 100 ans dans la Grotte de l’Observatoire !

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.