“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Trois listes complètes déposées d'ici demain

Mis à jour le 25/01/2018 à 05:04 Publié le 25/01/2018 à 05:04
Béatrice Fresko était accompagnée de vingt de ses colistiers hier pour se rendre en mairie.

Béatrice Fresko était accompagnée de vingt de ses colistiers hier pour se rendre en mairie. J.D.

Je découvre la nouvelle offre abonnés

Trois listes complètes déposées d'ici demain

Après Primo ! lundi, Horizon Monaco et Union monégasque ont déposé la majorité de leurs candidatures hier et finissent aujourd'hui. Il y aura donc soixante-douze Monégasques en lice

Je m'engage en connaissance de cause. » Hier, peu après midi, la benjamine de la liste Horizon Monaco est arrivée la première devant la mairie. Mathilde Bellon Le Clerc, 26 ans, est déterminée et visiblement heureuse d'être candidate pour la toute première fois à un mandat d'élue.

Ses aînés arrivent tour à tour. Et bientôt la tête de liste : Béatrice Fresko. « C'est un grand moment émotionnel et la concrétisation de tous nos efforts. Mais ce n'est aussi qu'un début. » Avec vingt candidats - trois étaient indisponibles, ils effectueront la démarche aujourd'hui -, elle est donc allée déposer sa candidature en vue des élections nationales du 11 février prochain. Les noms de ses colistiers ont également été enregistrés par la secrétaire générale.

Une heure et demie plus tard, ce sont Jean-Louis Grinda et ses amis politiques qui se dirigent vers la place de la Mairie. « C'est un beau moment. » Le leader d'Union monégasque se montre enjoué. Pourtant, les prochaines heures seront déterminantes. Mais il redit et promet : nous serons 24 pour le 26. Il y aura donc trois listes complètes - comme en 2013. Alors demain matin, vers 9 heures, les derniers candidats sont attendus. Les jeux seront faits pour la dernière ligne droite de la campagne.

Qui paiera le débat ?

Quinze jours qui pourraient être ponctués par un épisode qui alimente toutes les discussions : le débat télévisé. Captation que le gouvernement s'engage « à rendre possible d'un point de vue technique », explique Geneviève Berti, directrice de la communication du gouvernement. Les lumières, caméras, opérateurs et régie mobile notamment seraient loués et payés par la Direction de la communication. Mais ça s'arrêtera là. Où se déroulerait le débat ? Qui filmerait ? Qui aurait en charge la régulation du débat et, entre autres, des temps de parole ? Des réponses peuvent être évidemment apportées. Mais elles ont un coût. Il faut noter que le Monaco Press Club accepte d'apporter ses compétences professionnelles comme le souhaitent Primo ! et UM. Et ce serait gratuit.

Mais Béatrice Fresko réitère : elle veut « débattre à trois : c'est une question de visibilité ». Trois sur un plateau avec « un modérateur » car « ce n'est pas une interview ». On aura un « énorme regard sur l'impartialité ». Sur le financement de l'émission, elle est claire : « Je ne souhaite pas financer quoi que ce soit. C'est au gouvernement de tout payer. » Ce n'est pas, selon Béatrice Fresko, un manque de moyens. Celle qui refuse de donner ses comptes de campagne sans l'aval de son mandataire financier affirme qu'« ils sont très bons ». Mais c'est « une question de principe ».

Jean-Louis Grinda n'a pas les mêmes principes. Lui veut « jouer la transparence » et est prêt à financer une partie du débat, que celui-ci se fasse à deux ou à trois. Mardi, « nos dépenses étaient de 78 600,57 euros ». La tête de liste UM « ne veut pas d'une campagne dispendieuse ».

Stéphane Valeri, lui, ne donne pas ses comptes de campagne, et veut un débat à deux, financé par le gouvernement.

Alors à deux ou à trois ? Il faut d'abord trancher ce point essentiel.

Qui, de Béatrice Fresko ou Stéphane Valeri, fera le pas vers l'autre ?

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.