“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Triomphe du pianiste Kazakh Alim Beisembayev au Théâtre des Variétés

Mis à jour le 20/01/2018 à 05:10 Publié le 20/01/2018 à 05:10
Le jeune kazakh Alim Beisembayev a bluffé son monde au Théâtre des Variétés du haut de ses 19 ans.

Le jeune kazakh Alim Beisembayev a bluffé son monde au Théâtre des Variétés du haut de ses 19 ans. DR

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Triomphe du pianiste Kazakh Alim Beisembayev au Théâtre des Variétés

L'association Ars Antonina, en partenariat avec la Direction des Affaires Culturelles, a présenté pour la toute première fois à Monaco, au Théâtre des Variétés, un récital du pianiste kazakh Alim Beisembayev, âgé seulement de 19 ans.

L'association Ars Antonina, en partenariat avec la Direction des Affaires Culturelles, a présenté pour la toute première fois à Monaco, au Théâtre des Variétés, un récital du pianiste kazakh Alim Beisembayev, âgé seulement de 19 ans.

Déjà lauréat, avec un premier prix, du prestigieux concours Van Cliburn Junior aux États-Unis, ce jeune et brillant pianiste a offert un prodigieux concert devant une salle totalement conquise par son talent.

Dès les sonates en la majeur et en si mineur de D. Scarlatti, le perlé du doigté et la limpidité du jeu s'affirmaient.

Les deux Nocturnes opus 27 n° 1 et n° 2 de Chopin qui suivirent démontrèrent la sensibilité évidente de l'artiste cependant que la Sonate n° 23 de Beethoven était enlevée avec une force étonnante de maturité.

En seconde partie, deux Miroirs de Ravel témoignaient de l'extrême subtilité de jeu du jeune prodige, particulièrement nostalgique dans Oiseaux tristes et virtuose dans Une barque sur l'océan.

Les redoutables Etudes symphoniques de Schumann achevaient de prouver l'extraordinaire maîtrise toute de tendresse et de fougue à la fois du pianiste.

Peu avare de son talent et devant l'ovation que lui réservait le public, Alim Beisembayev donnait deux bis d'une profondeur et d'une virtuosité confondantes : le tendre Prélude opus 32 n° 5 de Rachmaninov et le virtuose 3e mouvement de la Sonate n° 7 opus 83 de Prokofiev.

Nul doute qu'Alim Beisembayev, qui se produit déjà avec les orchestres de renommée en Russie et en Angleterre, soit promis à une brillante carrière internationale.

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.