“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Transat Jacques Vabre: Malizia II termine 4e

Mis à jour le 20/11/2017 à 18:20 Publié le 20/11/2017 à 18:16
Les deux navigateurs Boris hermann et Thomas Ruyant, épuisés mais ravis à leur arrivée à Bahia au Brésil.

Les deux navigateurs Boris hermann et Thomas Ruyant, épuisés mais ravis à leur arrivée à Bahia au Brésil. Photo Yacht Club de Monaco

Transat Jacques Vabre: Malizia II termine 4e

Lundi 20 novembre, à 11h 06mn 53s, Malizia II, le premier IMOCA 60’ monégasque à participer à la Transat Jacques Vabre, a franchi la ligne d’arrivée de la 13e édition de cette transatlantique en double, en quatrième position (catégorie Imoca), à Bahia au Brésil.

Mené par Boris Herrmann et Thomas Ruyant, le monocoque de 60 pieds (18,28 m) aura mis 14 jours 21h31 minutes et 53 secondes pour parcourir les 4.350 milles théoriques depuis Le Havre à la vitesse moyenne de 12,18 nœuds, mais il a réellement parcouru 4.805 milles à 13,44 nœuds.

«C’était une super course. Je m’attendais à peu près à cela. Cela a été intense, ça bagarrait dans tous les sens. On était en permanence sur les réglages car on ne pouvait jamais se relâcher. Bien sûr, avec ce beau bateau, on aurait pu faire un podium. Nous avons sans doute fait de petites erreurs stratégiques. Mais, malgré nos soucis techniques, nous avons su réagir sans jamais nous démotiver.», explique Boris Herrmann à son arrivée.

Au final, il s’agit d’une très belle performance pour Malizia II (ex Gitana), qui a rejoint Monaco son nouveau port d’attache, en juin dernier seulement, à l’initiative de Pierre Casiraghi, vice-président du Yacht Club de Monaco, et avec lequel il avait terminé l’été dernier 3e de la Rolex Fastnet Race.


La suite du direct