“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Top départ de l'Africa Eco Race à Monaco, en présence d'Adriana Karembeu, marraine du rallye

Mis à jour le 30/12/2018 à 18:20 Publié le 30/12/2018 à 17:10
Julie Vanneken, l'une des rares femmes engagées, au moment du départ symbolique donné par Adriana Karembeu.

Julie Vanneken, l'une des rares femmes engagées, au moment du départ symbolique donné par Adriana Karembeu. Photo Cyril Dodergny

Top départ de l'Africa Eco Race à Monaco, en présence d'Adriana Karembeu, marraine du rallye

Après les vérifications techniques et administratives à Menton, les 166 concurrents du rallye ont participé au départ symbolique, ce dimanche sur le quai Antoine-Ier, en présence d'Adriana Karembeu.

Monaco, un dimanche au petit matin. Pas un chat dans les rues. Le marché de Noël est encore orphelin de ses premiers visiteurs du jour. Seul un brouhaha ambiant s'échappe du quai Antoine-Ier, en face du Stars 'N' Bars. Là, dans un parc fermé, une ribambelle de motos, autos et camions sont alignés dans l'attente du départ symbolique de l'Africa Eco Race. Un rallye tout terrain de 6.057 bornes (dont 4.014 km de spéciale) traversant le Maroc, la Mauritanie et le Sénégal.

"On pense que c'est facile. Mais non, ce rallye est très compliqué avec beaucoup de navigation et de franchissements. En Mauritanie, il y a beaucoup de sable. Le vainqueur est alors un grand vainqueur", confie René Metge, directeur sportif de l'épreuve et un des plus beaux palmarès du Rallye Dakar.

"On va essayer de finir"

Julie Vanneken confirme ces dires. L'une des rares femmes parmi les 166 engagés a subi quelques péripéties l'an passé. "Je n'ai pas fini car je suis tombée. J'ai tout cassé, sourit celle qui appartient à la catégorie "malle-moto", c'est-à-dire sans assistance mécanique. Cette année, on va essayer de finir tout en prenant moins de risques."

Sous la grande arche constellée de logos des sponsors, Adriana Karembeu, marraine de cette onzième édition, donne le départ au compte-gouttes, drapeau monégasque à la main.

Après la poésie volontairement graveleuse - et le cœur sur la main - de l'humoriste Jean-Marie Bigard, l'an passé, voici la douceur et la générosité d'une passionnée. L'actrice et animatrice slovaque francophone semble dans son élément, elle qui a participé à bon nombre de rallyes ces dernières années.

Chaque minute, un concurrent fait pétarader les échappements et s'élance pour rejoindre le port de Sète où la flotte de véhicules embarquera dans un bateau. Direction Nador au Maroc pour le départ de la première étape, prévue demain.

"Si tu te perds, tu tournes en rond"

Sur la ligne de départ, donc, des grands noms du milieu. Des vainqueurs, des icônes. Mais aussi des "anonymes", comprendre des amateurs passionnés. À l'instar du doyen du rallye africain: Jean-Claude Ruffier, 78 printemps au compteur et deuxième participation à l'Africa Eco Race au volant d'un SSV, engin à mi-chemin entre le buggy et le quad. "Dans ce rallye, le copilote doit faire preuve de toutes ses connaissances et de son talent. Si tu te perds, tu tournes littéralement en rond", explique-t-il.

Quelle que soit l'issue, la quinzaine promet d'être inoubliable car derrière le volet sportif se cache un dessein humanitaire et solidaire: donation de jouets, de médicaments et de fournitures scolaires, participation à la plantation de milliers d'arbres en Mauritanie, opération des lampes solaires en partenariat avec l'Amade...

Bref, un rallye qui a du cœur.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct