“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Tirs sur des écoles niçoises : des précédents

Mis à jour le 24/01/2016 à 05:07 Publié le 24/01/2016 à 05:07
La réplique de fusil-mitrailleur tirant des microbilles, saisie en 2013 dans l'affaire de Terra-Amata.	(DR)
Toute l'info locale + Des reportages exclusifs

Tirs sur des écoles niçoises : des précédents

Des tirs sur une école à Nice, ce n'est, hélas, pas une première.

Des tirs sur une école à Nice, ce n'est, hélas, pas une première. Mais jamais, jusque-là, avec des plombs. Le 7 mai 2013, une enseignante de l'école Terra-Amata, dans le quartier du Port, avait été touchée au front tout près de l'œil, et des écoliers dans le dos, par des microbilles. Il était alors 16 h 45 et, comme dans le cas de l'affaire de l'Ariane, c'était l'heure de la récré. Les tirs avaient d'abord touché l'école primaire avant d'être dirigés contre l'école maternelle.

Quelques jours plus tard, la police interpellait trois ados de 13 et 14 ans. Deux étaient des anciens de l'école. Une imitation de fusil-mitrailleur (notre photo), avait été saisie. L'arme tirait des billes en plastique, a priori inoffensives. Elles peuvent toutefois représenter un danger pour les yeux. Elles peuvent également provoquer de vives douleurs, voire des hématomes.

Les ados s'étaient semble-t-il livrés à l'époque à ce jeu parfaitement stupide en tirant d'abord sur des canettes avant de prendre leur ancienne professeur et des écoliers pour cible.

Ils s'étaient cachés pour ce faire dans des bosquets du parc du Castel-des-Deux-Rois qui jouxte l'établissement.

Une histoire similaire s'était également produite le 4 juin 2012 dans le quartier Fabron. Cette fois, 22 écoliers de Madonette-Terron avaient été touchés par des tirs de microbilles.

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.