“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Figures Libres, la dernière création de la compagnie monégasque Les Farfadets, est présentée au Théâtre des Variétés le 1er novembre.

Les Farfadets fêtent leurs 15 ans de création

Dans un bar, deux loosers se retrouvent. Bar une pièce à découvrir ce soir à 20 h 30.

Villefranche : Viens voir les comédiens dès ce soir

La villa Maryland à Saint-Jean-Cap-Ferrat. Une propriété de 5 000 m2, dont la valeur pourrait atteindre plus de 300 millions d'euros.

Ce que laisse le cofondateur de Microsoft

(DR)

Athletic Club Menton : un premier tour régional remporté aisément

L'équipe du Pôle Jeunesse se mobilise pour les vacances de la Toussaint.

Vacances de la Toussaint : sorties et activités pour les 11-17 ans

Thierry Pennino : son manège à lui ? C'est Monaco !

Mis à jour le 22/07/2018 à 05:06 Publié le 21/07/2018 à 05:06
Le petit train vous livre les secrets de la Principauté au travers d'une visite guidée proposée en 12 langues.

Le petit train vous livre les secrets de la Principauté au travers d'une visite guidée proposée en 12 langues. Cyril Dodergny

Thierry Pennino : son manège à lui ? C'est Monaco !

Voilà bien des années que le Mentonnais conduit les trois petits trains touristiques de la Principauté. Un métier qui le passionne et qu'il aime toujours autant, même après 20 ans

Thierry Pennino connaît la Principauté comme sa poche. Et pour cause, depuis 20 ans, il est l'un des cinq conducteurs de trains touristiques de la Principauté. Un réel plaisir, malgré les années, pour le Mentonnais que rien ne prédestinait à faire ce métier.

C'est avec un accent chantant, totalement décontracté dans sa tenue de travail aux couleurs de la Principauté et le sourire aux lèvres, qu'il nous retrace son arrivée sur le Rocher. « J'ai travaillé 12 ans dans le bâtiment avant d'atterrir à Monaco. C'était l'entreprise de mon père et lorsqu'il a arrêté, je n'ai pas voulu reprendre l'affaire, parce que physiquement, c'est un métier difficile et je n'avais pas envie de faire ça toute ma vie », se...

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct