“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Théâtre des Muses : 2016 s'ouvre avec panache

Mis à jour le 06/01/2016 à 05:02 Publié le 06/01/2016 à 05:02
La pièce compte 500 représentations au théâtre des Nouveautés à Paris.

La pièce compte 500 représentations au théâtre des Nouveautés à Paris. L'instant d'un regard

Théâtre des Muses : 2016 s'ouvre avec panache

Le théâtre attaque l'année tambour battant avec pas moins de sept pièces pour ce mois-ci. La première, « Nuit Gravement au Salut », sera à l'affiche du jeudi 7 au dimanche 10 janvier

C'est la rentrée pour tout le monde et le théâtre des Muses ne déroge pas à la règle.

Moins d'une semaine après le triomphe de la pièce Les amoureux de Marivaux jouée pour la soirée-réveillon du 31 décembre, la salle rouvre ses portes aux amateurs de la langue de Molière. En janvier, ce lieu atypique, tout de pierre vêtu, accueillera pas moins de sept pièces.

Olivier Sauton, Éric Metayer et Elrik Thomas, entre autres, fouleront les planches du théâtre situé boulevard du Jardin-Exotique.

Et pour démarrer cette année qui s'annonce chargée, le théâtre a misé sur Nuit gravement au salut. La pièce, mise en scène par Ludovic Laroche, est une adaptation du roman d'Henri Frédéric Blanc sorti en 1995.

« On a le sourire du début à la fin »

Une programmation qui ravit Anthéa Sogno, directrice du théâtre des Muses : « Je suis très heureuse de les accueillir. J'ai assisté à l'une de leurs représentations au festival d'Avignon et j'ai trouvé ça formidable. » Avec sa satire mêlant humour et cynisme, Ludovic Laroche offre au public une comédie qui s'inspire de notre société moderne. « J'aime les pièces qui me font ressentir des émotions. Il se crée tellement de sympathie avec l'actrice principale (incarnée par Stéphanie Bassibey, NDLR). On a le sourire du début à la fin », poursuit celle qui dirige ce théâtre depuis plus de trois ans.

Toujours en quête de nouvelles pièces pour son « grand-petit théâtre », comme elle aime l'appeler, Anthéa Sogno privilégie les spectacles faits « avec peu de moyens mais avec beaucoup de passion ».


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct