Rubriques




Se connecter à

Tempête Alex: élus et sinistrés, ce qu'ils attendent de la venue d'Emmanuel Macron dans la vallée de la Roya ce lundi

Lutte contre l’insécurité, reconstruction post-tempête Alex... Le Président est attendu sur le terrain de ses engagements, ce lundi, dans les Alpes-Maritimes.

M.T. et C.M. Publié le 10/01/2022 à 07:51, mis à jour le 10/01/2022 à 10:38
Sur la route pour arriver à Tende, les rives de la Roya portent encore les stigmates de la tempête Photo Clara De Antoni

Une visite en deux temps, pour répondre à nombre d’attentes. Emmanuel Macron est en déplacement dans les Alpes-Maritimes, ce lundi, sur deux terrains distincts. Le matin, objectif Nice et la sécurité.

L’après-midi, cap sur la Roya et l’après-tempête Alex. Point commun entre ces deux séquences: prouver qu’il tient parole.

Voici ce que demandent les habitants, entreprises et maire de La Roya au président de la République.

Nadège Pastorelli, cheffe d'entreprise à Breil et Tende

Nadège Pastorelli, cheffe d'entreprise à Breil et Tende Photo E.O..

"Monsieur le Président, aidez les entreprises locales! Créez des zones franches pour nous faire sortir de l’eau. Exonérez-nous de certaines charges. J’ai ouvert, après la tempête, le restaurant Le Buffet de la gare, à Breil, ainsi qu’une épicerie à Tende. On m’a suppliée d’ouvrir, pour sauver la vallée, mais je n’ai pas reçu un centime d’aide. Je ne fais pas la mendicité, mais économiquement, c’est dur. Certaines personnes s’en vont car elles ne peuvent plus se loger. D’autres ont perdu leur travail et n’ont pas d’argent à dépenser. On ne peut pas accueillir de touristes car on n’a pas de capacité hôtelière. La vallée est vraiment sinistrée. On ne fait pas de cinéma".

Carole et Adlene Bouabka, sinistrés à Breil

Carole et Adlene Bouabka, sinistrés à Breil Photo DR.

"Le terrain qui supporte notre maison est parti. Il a été frappé par un arrêté de péril et on a été obligés d’évacuer notre maison. Ça fait quatorze mois qu’on attend que l’assurance paye les travaux, mais comme ce n’est pas prévu dans le contrat, elle ne payera rien. Pareil pour l’État, puisqu’on n’est pas éligibles au fonds Barnier. Il y en a pour 200.000 euros de devis. On n’a absolument pas les moyens! On a pu réintégrer notre maison, parce que l’arrêté a été levé. Mais on a peur qu’il arrive quelque chose. On ne sait pas si on va pouvoir rester dans notre logement. On n’arrive pas à voir le bout du tunnel. On aimerait bien que le président de la République trouve une solution..."

Sébastien Olharan, maire de Breil

Sébastien Olharan, maire de Breil Photo J.-F. O..

"Le Président a respecté les engagements qu’il avait pris. Les choses avancent bien. Mais si je devais le solliciter sur un point, c’est la création d’une zone franche pour toutes les vallées sinistrées. Je l’ai déjà fait plusieurs fois. On a vraiment besoin que les entreprises qui ont une perte d’activité à cause de la tempête Alex en bénéficient. Dans la Roya, il n’y a plus d’accès routier à l’Italie, ni au hameau touristique de Castérino. Il n’y a plus autant de passage qu’avant. Il faut aider les entreprises, le temps que la situation revienne à la normale."

Jean Stellittano, secrétaire général 06 du Secours populaire français

Jean Stellittano, secrétaire général 06 du Secours populaire français Photo Frantz Bouton.

"La tempête Alex a détruit des maisons, mais aussi des terrains et des voies d’accès. Les assurances ne prennent pas en charge ces derniers. L’État non plus, puisqu’il ne peut pas intervenir sur des terrains privés. Le problème, c’est que les sinistrés se retrouvent avec des factures à cinq chiffres qu’ils ne peuvent pas payer. Alors, ils se tournent vers nous. Mais les dossiers s’accumulent et on n’a pas les moyens de les aider. Il faudrait que l’État oriente une partie des fonds vers le Secours Populaire pour qu’on les aide, en toute transparence."

Le tunnel du col de Tende condamné après les dégâts causés par la tempête Alex, vue en drone réalisée en novembre 2020. Photo Sébastien Botella.

Offre numérique MM+

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.