“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Sur les traces des anciens moulins de Monaco

Mis à jour le 21/05/2018 à 05:09 Publié le 21/05/2018 à 05:09
Claude Vaccarezza et les vestiges d'une meule d'un ancien moulin monégasque exposée place Saint Nicolas.
Je découvre la nouvelle offre abonnés

Sur les traces des anciens moulins de Monaco

Le saviez-vous ? La principauté compte huit moulins dans son patrimoine. Tous disparus aujourd'hui ils représentent pourtant une partie importante de l'histoire du Rocher

De ses moulins à huile traditionnels, la principauté n'a conservé qu'un souvenir voilé par le temps », raconte Claude Vaccarezza, chercheur-auteur et spécialiste sur le patrimoine monégasque.

Aujourd'hui, les seules traces de ces moulins sont des noms de rues ou de places et de rares vestiges à Fontvieille et Cap-d'Ail. Pourtant il y a un temps, les moulins rythmaient la vie de la principauté. « Les moulins ont un aspect convivial. C'est une rencontre entre la population et l'édificier ». Retour à cette époque.

Celui dit « du Chemin », le Mezzo, le Pertugio, celui de la Marra, d'a Scalla, de la Scaglia, du Briculé et enfin le Nevo. Les 4 premiers de ces 8 moulins étaient réservés à la production d'huile d'olive ; les autres pour la farine. Échalonnés sur la Vallon de la Noix, autrement appelée « Vallon des moulins », ils se jetaient sur la partie basse du torrent du Larvotto.

Bien plus qu'une simple production agricole, les moulins représentent un service public estime le chercheur.

Instrument d'utilité publique

« Les moulins étaient gérés par les communes.Les oléiculteurs payaient une redevance à la commune. Encore aujourd'hui, ces machines pourraient servir dans un devoir de mémoire » Il y a quelques années, Claude Vaccarezza a milité pour la reconstitution du moulin de la Marra sur la terrasse du Trocadero, son lieu initial. « Les moulins ont eu une telle importance dans le passé de Monaco, il y aurait un intérêt d'amener des scolaires sur le site avec un moulin reconstitué pour leur montrer comment on faisait à l'époque ».

Mais pourquoi ont-ils disparu ?

Les raisons de l'abandon

La faute à l'Europe. « L'Europe interdit la trituration des olives », explique Claude Vacarezza. Ce procédé consiste au broyage par friction, combinant un mouvement de frottement et une forte pression. Mais pas que.

La bagarre pour l'eau et l'urbanisation du territoire monégasque sont les raisons principales de la disparition d'une partie du patrimoine local. À partir de 1871, Monaco s'urbanise et de nombreux bâtiments se construisent en dépit des plantations d'oliviers et de citronniers. La quantité d'olives diminue avec le fil des années par conséquent, peu de monde apporte encore de la marchandise aux édificiers qui se voient contraints d'abandonner leur bâtisse.

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.