“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Sur les traces de Coco Chanel à Roquebrune

Mis à jour le 08/04/2018 à 21:46 Publié le 08/04/2018 à 21:45
Dans le cadre de ses recherches, l'auteure Anne de Courcy a rencontré les membres de la Société d'art et d'histoire du mentonnais.

Dans le cadre de ses recherches, l'auteure Anne de Courcy a rencontré les membres de la Société d'art et d'histoire du mentonnais. Photo F.B.

Sur les traces de Coco Chanel à Roquebrune

L'historienne anglaise Anne de Courcy tente de reconstituer le quotidien de la Riviera entre 1930 et 1944, l'époque où Roquebrune accueillait une hôte de marque

Peindre une toile de la Riviera entre 1930 et 1944. C'est le projet que nourrit Anne de Courcy. Un temps journaliste au Daily Mail, elle a décidé en 2003 de se consacrer à l'écriture de livres. Des publications qui sont à la croisée de la biographie et de l'essai d'histoire sociale.

L'auteur est venue dernièrement à Roquebrune-Cap-Martin afin de glaner des informations pour son prochain ouvrage. Un travail impulsé par sa fascination pour Chanel et la Riviera, qui entrera dans la lignée de ses précédentes publication. Car la période qu'elle a choisie, de 1930 à 1944, est celle durant laquelle Coco Chanel habitait sur les hauteurs de Roquebrune, dans sa villa, «La Pausa».

"La biographie de la Riviera à l'époque de Coco"

L'illustre créatrice de mode permettra à Anne de Courcy d'établir le contraste entre deux époques. La vie d'avant-guerre, insouciante, pendant laquelle la Côte d'Azur est un terrain de jeu pour les plus riches. Et le quotidien des Azuréens, à partir de 1940, sous un régime de Vichy très brutal.

 

«Ce sera la biographie de la Riviera à la période de Coco, résume l'auteure. Elle sera un peu la colonne vertébrale de ce livre. Intégrer le personnage de Coco permet d'intéresser le lecteur, sinon ce n'est qu'une accumulation de faits, ce qui peut s'avérer ennuyant.»

Pour faire ressortir l'atmosphère qui régnait à l'époque de la célèbre créatrice de mode, Gabrielle Chasnel de son véritable nom, Anne de Courcy a multiplié les rencontres. Elle s'est notamment entretenue avec Jean-Claude Volpi, auteur de livres sur la Riviera du XXe siècle et membre de la Société d'art et d'histoire du mentonnais.

Elle a également pu rencontrer les enfants de personnes venues s'installer à Menton avant la guerre et les descendants de juifs arrêtés ou ayant pris la fuite. Ces témoignages sont complétés par des carnets et des courriers écrits par des Niçoises sous l'Occupation.

Les informations sur Coco Chanel sont plus rares. Son passage sur les hauteurs de Roquebrune reste assez énigmatique. Pas de quoi décourager la biographe qui prévoit d'écrire à la marque de haute-couture afin d'en apprendre un peu plus.

Sur la date de sortie de son livre, l'écrivaine reste encore évasive: «en début d'année prochaine, ou peut-être au printemps». Le temps de rassembler les pièce du puzzle d'une histoire souvent peu connue. Même par les habitants du pays mentonnais.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct