“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Sur les traces d'une idylle familiale à Roquebrune...

Mis à jour le 05/05/2016 à 05:12 Publié le 05/05/2016 à 05:12
C'est dans la bâtisse familiale, près du vieux village de Roquebrune, que Florence Mauro a capturé quelques plans pour son film.

C'est dans la bâtisse familiale, près du vieux village de Roquebrune, que Florence Mauro a capturé quelques plans pour son film. Michaël Alési

Sur les traces d'une idylle familiale à Roquebrune...

Avec son film Clémence et Ferdinand, la réalisatrice Florence Mauro fait revivre sur grand écran l'histoire d'amour de ses grands-parents de Dunkerque à la Côte d'Azur

Nichée à deux pas du vieux village de Roquebrune, la villa de l'Estradon domine la Grande bleue et le Cap Martin. Décor de carte postale. Dans le jardin à la végétation luxuriante, une caméra multiplie les plans de coupe en travelling. À chaque prise, le fameux « Action » résonne sous l'œil averti de Florence Mauro, distillant bien volontiers ses directives.

Pour la réalisatrice de 50 ans, le lieu est un brin particulier. Personnel et truffé de souvenirs. « C'est la maison familiale. L'endroit où l'on passait tous nos étés », sourit-elle. Ici même...

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct