“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Sur les pas d'Henry Weber durant la Grande guerre

Mis à jour le 10/11/2018 à 05:08 Publié le 10/11/2018 à 05:07
Henry Weber s'était lié d'amitié avec Guillaume Apollinaire (voire photo ci-dessus, où on les voit à côté l'un de l'autre, debouts à droite). C'est grâce au poète qu'il est arrivé à Menton, après avoir été blessé durant les combats des Dardanelles.

Henry Weber s'était lié d'amitié avec Guillaume Apollinaire (voire photo ci-dessus, où on les voit à côté l'un de l'autre, debouts à droite). C'est grâce au poète qu'il est arrivé à Menton, après avoir été blessé durant les combats des Dardanelles. : repro archives Yves Bosio

Sur les pas d'Henry Weber durant la Grande guerre

Arrivé à Menton après avoir été blessé pour entrer en convalescence, le Strasbourgeois n'a plus quitté la Cité des citrons. Il en a même été le premier adjoint durant le deuxième conflit mondial

Éloignée du front, Menton n'a géographiquement pas connu la Grande guerre. Mais c'est à la fin du conflit qu'elle a joué un rôle majeur. En accueillant de nombreux blessés dans ses luxueux hôtels, transformés en hôpitaux annexes. Tirailleurs et autres héros de 14-18 se sont ainsi retrouvés là. Presque par hasard.

Parmi eux, un certain Henry Weber. Un Strasbourgeois qui, une fois arrivé dans la cité des citrons, ne la quittera plus - à l'exception d'une petite période à Antibes, conséquences d'une vie sentimentale complexe. « Il était né en 1 888 d'une famille bourgeoise. Son père était inspecteur d'académie. Mais il est mort quand Henry avait 13 ans, raconte son fils de cœur, l'artiste mentonnais Yves Bosio. Avec son frère Léon, ils ont donc été obligés de travailler très tôt ». Ainsi se sont-ils spécialisés dans...

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct