“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Sur la Canonnière (1), ils bavardent du recensement

Mis à jour le 30/07/2016 à 05:04 Publié le 30/07/2016 à 05:04

Sur la Canonnière (1), ils bavardent du recensement

Retrouvez comme chaque mois, la chronique Monégasque

Deux membres du Comité National des Traditions Monégasques, le chanoine Georges Franzi (Sciü Crüssi) et Adrienne Cellario (Scià Lürgna) très attachés au Monégasque, se donnèrent la peine, afin de préserver vivante notre langue, de traiter non sans malice, sous la forme de dialogues, différents thèmes. Ces conversations qui traduisent non seulement l'esprit qui anime notre langue mais aussi son humour, ont été écrites par le Chanoine Georges Franzi et la plupart d'entre elles firent l'objet de diffusions périodiques sur les ondes radiophoniques (radio Azur 102). Aujourd'hui, nous avons choisi d'en retranscrire une sur le recensement général de la population qui intervient tous les 8 ans et s'est terminé, hier, en Principauté.

Scià Lürgna : Eh bien ! Que faites-vous M. Chagrin, Pourquoi pointez-vous le doigt vers la Condamine et vers Monte-Carlo ?

Sciü Crüssi : Ah ! C'est vous Mme Jérémiade ; Vous voulez le savoir ? Si je pointe le doigt vers la Condamine et surtout vers Monte-Carlo, c'est pour le recensement.

S.L. : Comment dites-vous ? Pour le re… cen… ment… le sacrement ?

S.C. : Mais non ! Le sacrement !... Pour le recensement.

S.L. : Recensement ou sacrement, qu'est-ce que tout cela ?

S.C. : Vous ne lisez pas les journaux, brave femme ? Peut-être vous ne savez pas lire…

S.L. : Chenapan d'un chenapan, n'oubliez pas que j'ai été première au certificat d'études.

S.C. : Ne la prenez pas mal ! Le recensement, c'est… comme s'il comptait tous les habitants de la Principauté.

S.L. : Ils vont nous compter ! Laissez-moi rire ! Il leur faudra du temps pour tous nous compter. Où ils nous mettront pour nous compter ? Peut-être sur la Place du Palais, ensuite ils nous feront descendre par la Rampe Major et ils nous compteront en passant ? Quelle belle confusion !

S.C. : Quelle idiote ! Et, comment ils feront pour savoir que tous les habitants seront sur la Place ?

S.L. : C'est vrai ! Et puis il y a les malades et ceux qui ne peuvent pas sortir de chez eux, ceux qui ne peuvent pas marcher…

S.C. : Pour une fois il vous vient un peu de jugeote.

S.L. : C'est bon ! Mais tout ceci ne m'explique pas comment se fera votre rece… votre sacré nom.

S.C. : Le recensement… Madame « je sais tout ».

S.L. : Alors, dites-moi un peu comment se fera votre sacre… votre affaire ?

S.C. : Voilà ! Ils vont passer dans les maisons, ils vous donneront des imprimés où vous écrirez votre nom, votre prénom, votre date de naissance…

S.L. : Et pourquoi je devrais dire mon âge ? C'est une chose qu'on ne demande pas à une belle femme.

S.C. : Je n'arrive pas à le croire ! Et pourtant, belle ou laide, il faut le faire !... pour savoir combien il y a de personnes de tel âge, de telle condition…

S.L. : Mais cela est une violation de la vie privée !

S.C. : Peut-être ! Mais ensuite on saura combien il y a à Monaco de personnes de tel métier, de tel âge ; enfin… on saura combien il y a d'habitants à Monaco.

S.L. : J'ai compris ! Mais toutes vos belles explications ne me disent pas pourquoi vous pointiez le doigt vers Monte-Carlo ?

S.C. : J'étais en train de compter les maisons et les immeubles neufs qui se construisent.

S.L. : C'est vrai ! Et on en construit de plus en plus ! Et toujours un plus haut que l'autre.

S.C. : Eh oui ! Mais là il y a un mystère !

S.L. : Nous y revoilà ! Avant… le sacrement ; maintenant…. un mystère ! Vous parlez vraiment comme un prêtre…

S.C. : Prêtre ou non, il y a une chose que je n'arrive pas à comprendre : à Monaco il y a dix fois plus de maisons qu'avant la guerre et il y a toujours le même nombre d'habitants !!!

S.L. : Allez comprendre ! Mais je ne crois pas que c'est un mystère pour tout le monde.

S.C. : Ah ! ça vous pouvez le dire ! Il y en a qui l'ont bien compris pour leur profit.

S.C. e S.L. (ensemble) : Ah ! Notre beau Monaco ! Celui qui l'a vu et celui qui le voit !!!


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct