“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Stellar Overload : le jeu carrément cannois

Mis à jour le 27/02/2016 à 05:14 Publié le 27/02/2016 à 05:14
La start-up cannoise Cubical Drift espère conquérir le monde des jeux.
Je découvre la nouvelle offre abonnés

Stellar Overload : le jeu carrément cannois

« Un jeu à la croisée de Zelda et de Minecraft ».

« Un jeu à la croisée de Zelda et de Minecraft ». C'est ainsi que Michel Thomazeau, le « big boss » de Cubical Drift, présente son bébé : Stellar Overload. Le nouveau nom de Planets3, petit bijou qui s'est concocté ces deux dernières années au sein de CréACannes, la pépinière cannoise de la Bastide rouge. Très attendu par une communauté de joueurs qui ne cesse de grandir, le jeu vient de passer en version « alpha 2 » (un des premiers stades de développement) juste avant sa mise en ligne sur la plateforme de téléchargement Steam. Soit la porte ouverte à des millions de joueurs de par le monde. Et, à la clé, un succès peut-être aussi colossal que le monde « au carré » dont Stellar Overload s'inspire. « Pourtant on a commencé à trois, avec Fabien Perrot et Guillaume Grodwohl quand nous étions à l'ESSI de Sophia-Antipolis (désormais Polytech Nice Sophia, Ndlr) », explique Thomas. « Au départ, c'était un loisir : on s'amusait à coder le week-end tout en se préparant à des carrières dans l'informatique. Et puis l'univers de Stellar est apparu à un membre de l'équipe. Des planètes carrées, jouables à l'infini. »

Comme dans Minecraft, mais avec des graphismes beaucoup plus fins, le jeu cannois permet à peu près tout. « C'est un jeu "bac à sable", où l'on peut tout créer. Mais nous, nous ajoutons, à la dimension Minecraft, un vrai scénario. »

Grâce à déjà des milliers d'heures de travail, à une levée de fonds (via le site de crowdfunding Kickstarter) de 300 000 dollars, et à la vente en ligne de pré-versions du jeu, sans oublier « des aides de la Région, de la Banque publique d'investissement, du réseau Entreprendre et de l'incubateur Paca Est», précise Thomas, le développement du jeu avance à vitesse grand «V». « L'idée serait d'être prêt pour une version définitive fin 2016, début 2017. Au final, le jeu devrait coûter 1,5 million d'euros. » La société cannoise Cubical Drift a embauché dix personnes pour son jeu. Et ce n'est peut-être que le début d'une grande success story...

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.