“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Stationnement, sécurité, services... Les plaisanciers ont désormais leur application adoptée par des ports de la Côte d'Azur

Mis à jour le 18/09/2019 à 10:24 Publié le 18/09/2019 à 11:00
L’application « Nauticspot » permet d’avoir une visibilité globale – et en temps réel – de l’occupation des ports de Menton. Elle permet également de gérer la sécurité et de signaler d’éventuels dysfonctionnements des infrastructures.

L’application « Nauticspot » permet d’avoir une visibilité globale – et en temps réel – de l’occupation des ports de Menton. Elle permet également de gérer la sécurité et de signaler d’éventuels dysfonctionnements des infrastructures. Photo C.D.

Stationnement, sécurité, services... Les plaisanciers ont désormais leur application adoptée par des ports de la Côte d'Azur

Depuis cet été, une trentaine de commerces se sont installés sur le quai nord du port de Garavan à Menton. Très attendue des plaisanciers et habitants du quartier, cette zone commerciale s’inscrit dans un vaste projet de requalification du littoral portuaire. Le numérique débarque aussi à Garavan avec l'application "Nauticspot" spécialement dédiée aux amateurs de la plaisance.

Sur terre comme en mer, les places de stationnement sont souvent rares. Pour gérer au mieux le trafic sur l’eau, la Société publique locale (SPL) utilise - depuis août dernier - l’application "Nauticspot".

Grâce à des capteurs installés sur le quai, il est désormais possible de détecter la présence ou non d’un bateau à chaque poste. Cette solution connectée permet ainsi d’automatiser le pointage pour la capitainerie.

"L’idée de cette application m’est venue car je suis moi-même un plaisancier. Lorsque j’étais en escale, je ne comprenais pas pourquoi les réponses pour obtenir une place dans un port étaient aussi longues", précise le Montpelliérain Jérémy Ladoux. Âgé de 31 ans, il est le créateur de l’application "Nauticspot" et président de la start-up éponyme.

Ainsi, en seulement deux clics, un plaisancier peut signaler à la capitainerie son départ et sa date de retour. S’il décide de rentrer plus tôt, il peut prévenir la capitainerie via l’application pour être sûr de trouver une place libre à son retour.

"Ce n’est pas une application créée pour fliquer. Pour nous, c’est surtout la possibilité d’agrandir la capacité d’accueil et d’améliorer les services portuaires. cela permet par exemple de fournir une aide pour l’amarrage", ajoute Michel Dalmazzo, directeur des ports.

L’application est un outil de gestion pour la capitainerie, mais elle veille également à la sécurité du port. Incendie, effraction, avarie...

"Nauticspot" permet de signaler des incidents qui arriveraient - en direct - sur les deux ports de la cité. Via son smartphone, le plaisancier peut sélectionner la zone concernée et ajouter une photo s’il le souhaite. "On sensibilise ainsi les plaisanciers à être acteurs de la sécurité et du bon fonctionnement des infrastructures", ajoute Jérémy Ladoux.

Et Michel Dalmazzo de compléter: "Dans le cas des incendies, on a rajouté le numéro des pompiers pour que l’information aille encore plus vite."

Le service 2.0 permet également de signaler les dysfonctionnements d’infrastructures comme les fuites d’eau, la pollution ou les problèmes électriques.

De plus, il est possible de visualiser - en temps réel - l’état de la mer à travers les webcams du port.

Depuis son lancement, "Nauticspot" a été téléchargé 250 fois sur les ports de Menton. "Il faut laisser le temps aux plaisanciers qui n’ont pas encore le réflexe d’ouvrir l’application", souligne Michel Dalmazzo.

Pour les ports de Menton, ce n’est qu’un début et les services 2.0 ne devraient pas s’arrêter là. Très bientôt, la station météo - installée sur le port de Garavan - donnera des indications très précises sur la météo via l’application.

"Pour l’instant, nous utilisons des balises en mer et les données peuvent être parfois approximatives", expliquent à deux voix Jérémy Ladoux et Michel Dalmazzo.

À ce jour, l’application est gratuite et peut être utilisée par tous les usagers du port de la cité.

"Nous cherchons une solution pour l’ouvrir à tous les plaisanciers qui seraient en escale à Menton. Nous ne pouvons pas laisser n’importe qui signaler un feu ou une infraction... Cette idée doit encore être peaufinée", ajoute Jérémy Ladoux.

Le créateur de la start-up prévoit également de donner des informations liées à la biodiversité marine grâce à un partenariat avec l’application "Donia". Cette dernière fournit des cartes des fonds marins et détaille les zones d’herbiers de posidonies.

À ce jour, le service 2.0 a été testé pour la première fois à Cavalaire (Var) en 2017. Aujourd’hui, il a été adopté dans 15 ports en France (dont trois dans le département: Menton, Antibes et Saint-Laurent-du-Var, ndlr) et sera bientôt exporté jusqu’à Valence en Espagne.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.