Rubriques




Se connecter à

Stationnement deux-roues : La croix et la bannière

Les conducteurs sont formels : se garer dans le quartier de La Condamine est problématique. Et même si le nombre de places augmente, comme l'affirme le gouvernement

Nicolas Hasson-Fauré Publié le 09/01/2016 à 05:11, mis à jour le 09/01/2016 à 05:11
Selon Julien, un conducteur de deux-roues, la densité de scooters pose un autre problème : plus il y en a, plus ils sont serrés, et plus ils s'abîment.
Selon Julien, un conducteur de deux-roues, la densité de scooters pose un autre problème : plus il y en a, plus ils sont serrés, et plus ils s'abîment. Cyril Dodergny

Il n'a pas vraiment eu le choix. En venant se garer à La Condamine, Julien a dû stationner son deux-roues sur un emplacement interdit. Des bandes de peinture blanche qui zèbrent la route, juste à côté d'un passage piéton. Il avait « quelque chose à poster », et comme il n'y avait aucune place de libre pour son scooter autour de la rue Suffren-Reymond, il a dû s'adapter.

L'homme venu de Sospel a l'habitude : garer son deux-roues ici, « c'est la croix et la bannière ». Tous les témoignages vont dans le même sens. Stationner un scooter dans le quartier, sur une place dédiée aux deux-roues, c'est très compliqué. Cela demande du temps. Et ce n'est pas toujours facile voire faisable de prendre le temps quand on est pressé. Et le fait que, selon le gouvernement, le nombre de places de stationnement pour deux-roues soit en augmentation à Monaco n'y change rien.

« Injouable »

 

« Mi-2015, dans le quartier de la Condamine, un recensement des espaces susceptibles d'être transformés en zone de stationnement pour les deux-roues a permis de créer 137 places afin de répondre à la demande croissante dans ce quartier », indique-t-on du côté du gouvernement princier. « Avec ces emplacements, le stationnement de surface des deux-roues à la Condamine a ainsi été porté à 935 places », pour un total de « 4 000 emplacements deux-roues dans les parkings et 4 300 places sur la voie publique ».

Plus de places, mais pas plus de facilités pour se garer, selon les conducteurs de deux-roues interrogés.

« C'est problématique », confirme Laurent. En allant chez le coiffeur, il s'est d'ailleurs garé « sur la route ». Il a pris le risque de se faire verbaliser, et garde donc un œil sur son deux-roues, au cas où. Le quadra monégasque reste tout de même honnête : « Il faut reconnaître qu'en scooter, on se gare souvent devant l'endroit où on veut aller. » Même s'il n'y a pas de place réservée aux deux-roues à côté. Laurent tient aussi à préciser un autre élément : La Condamine, ce n'est pas le quartier de Monaco le plus compliqué pour se garer. Ici, « quand on veut trouver, on trouve », tempère-t-il. Le pire « c'est l'avenue de La Costa. Là, c'est vraiment injouable ». Comme quand Nathalie, venue de Menton, a voulu se garer rue Grimaldi. Elle a dû caler son petit scooter bleu entre deux voitures, sur une place réservée aux véhicules à quatre roues. « Je fais vite un truc », s'excuse-t-elle presque. De toute façon, selon elle, c'est sûr : « Il n'y a pas assez de places pour deux-roues » dans le quartier, glisse-t-elle dans un sourire un peu désolé.

Un autre élément revient souvent, dans la bouche des conducteurs de deux-roues : en voiture, c'est pire. « Ce n'est pas la peine, reprend Julien. Sans parking privé, vous êtes morts. »

Offre numérique MM+

...

commentaires

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.