“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Sportel Awards : qui pour succéder à Deschamps ? Carton plein pour les boxeurs monégasques

Mis à jour le 22/10/2019 à 10:18 Publié le 22/10/2019 à 10:18
L’an passé, Didier Deschamps avait remporté le titre de Légende du sport après sa victoire en Coupe du monde avec l’Équipe de France. Bixente Lizarazu, lui, avait été primé pour la meilleure autobiographie.	(DR)

Sportel Awards : qui pour succéder à Deschamps ? Carton plein pour les boxeurs monégasques

Ce soir à 20 h 30, les anciennes gloires et sportifs actuels se presseront sur le tapis rouge du Grimaldi Forum où les récompenses du sport seront dévoilées. Qui raflera le titre de légende du sport ?

La grand-messe du sport business est lancée. À tous les étages du Grimaldi Forum, les grands décideurs médiatiques et la crème des professionnels de l’image multiplient les rendez-vous au gré des allées d’un salon propice aux juteuses affaires. Les plus grands du milieu sont là : ESPN, Twitter, la FIFA, le Real de Madrid, la Ligue de football professionnel, la NBA, Vimeo, Eurosport, pour ne citer que les plus populaires.

Au-delà des contrats, sans doute faramineux, qui se nouent en coulisses, des tendances se dégagent cette année : « Il y a une préoccupation de l’industrie sur le piratage et, donc, la protection des données. Des sociétés investissent beaucoup d’argent dans des contenus, c’est dommage que quelqu’un les prenne et les diffuse gratuitement, confie Laurent Puons, vice-président délégué du Sportel. Autres sujets abordés notamment via des conférences : le e-sport et l’OTT. » Littéralement, over-the-top, comprendre la télévision par contournement, c’est-à-dire tous les services qui proposent des contenus audiovisuels via internet sans passer par le canal traditionnel d’un opérateur.

Autant de sujets où, au terme du processus, l’on retrouve le consommateur de contenus sportifs. Un usager « interdit » de la convention Sportel, laquelle est strictement cantonnée aux professionnels.

Echange avec Prost

En revanche, les Sportel Awards, autre volet de la manifestation, font la part belle aux passionnés. Ce qui n’était, à l’origine, qu’une cérémonie sacrant les meilleures séquences sportives de l’année écoulée s’est muée en une manifestation à part entière, coulant sur plusieurs jours.

Hier, c’était de gymnastique dont on parlait avec la diffusion d’une série, All Around, retraçant les aventures de trois gymnastes visant l’or aux JO de Tokyo 2020, suivi de l’échange inédit avec des gymnastes au palmarès bien garni, Nastia Liukin et Émilie Le Pennec.

Aujourd’hui, c’est d’abord l’e-sport (11 h) puis la Formule 1 (14 h 30) qui seront au cœur des échanges. Avec notamment la présence du monstre sacré de l’asphalte, Alain Prost, qui conversera avec les pontes de l’Automobile Club de Monaco sur le documentaire exceptionnel Grand prix de Monaco, la légende, produit par Yann-Antony Noghès.

Dernier événement ouvert au public sur réservation, le plus fameux : la cérémonie des Sportel Awards (ce soir, 20 h 30). Sur le tapis rouge, pléthore d’anciennes gloires du sport, de performeurs actuels et aussi quelques noms de la télévision.

Pléiade de stars

Pour n’en citer que quelques-uns : Christine Arron, Alain Bernard, Linford Christie, Didier Deschamps, Mika Häkkinen, Muriel Hurtis, Thierry Omeyer, Daniel Narcisse. Bref, du lourd et moult médailles et coupes à leur tableau de chasse respectif. À la tribune, le jury, présidé par l’ancienne championne olympique de saut à la perche, Yelena Isinbayeva, récompensera les acteurs du sport dans bon nombre de catégories.

Du meilleur ralenti au meilleur programme en passant par la créativité d’une publicité ou le prix du digital… Sans oublier le plus bel ouvrage sportif, la meilleure autobiographie, le documentaire Peace and Sport ou encore le prix de la Légende du sport. L’an passé, un certain Didier Deschamps avait raflé le titre. Qui pour le remplacer ?

Des coups, du sang et de la sueur. Entre les cordes d’un ring de boxe, le triptyque est accepté de tous. Il faut souffrir pour être le vainqueur final. L’adage a été respecté à la lettre, ce dimanche, au cœur de la salle d’Or du Fairmont, où se tenait la 14e édition du Monaco Boxing Challenge. Un rendez-vous sportif, ponctué de huit combats professionnels et quatre amateurs, qui lançait avec virilité ces Sportel Awards, compétition qui récompense les meilleures images sportives de l’année. Une première.

La soirée, diffusée en direct sur la chaîne L’Équipe, a tenu toutes ses promesses. Sur le ring, des combats équilibrés permettant aux passionnés de la castagne de découvrir certains des meilleurs boxeurs français et, notamment, le potentiel prometteur des membres de la Team Monaco Boxe (TMB).

Premier temps fort de ce gala : l’affrontement au sommet entre Christ Esabe (TMB) et le Rouennais Jamie Bidwell pour le titre de championnat de France dans la caste des poids plumes. Après un combat passionnant, le premier l’a emporté aux points, brisant tous les records de précocité de la boxe française. A tout juste 19 printemps, six mois après ses balbutiements en professionnel et quatre combats disputés, le jeune prodige des Mureaux rafle le titre de champion de France. « Il devient ainsi le plus jeune champion de France professionnel de l’histoire de la boxe et le premier à décrocher la même année ce titre en amateur puis professionnel », fait-on savoir chez les organisateurs.

Autre duel explosif et spectaculaire : celui entre les deux meilleurs poids super-plumes français Khalil El Hadri, alias EHK, de la Team Monaco Boxe, et Mehdi Sellami, pensionnaire de l’USF Boxe anglaise. C’est le premier qui est devenu champion de France, tout juste un an après son passage chez les professionnels. Membre de l’équipe olympique, l’homme affiche déjà un palmarès impressionnant. Avec cette victoire, son tableau de chasse se résume à 7 victoires, dont 4 par KO.

Dans les autres affrontements, Monaco opère une véritable razzia. En amateur, Alex Titton, Catalan Chitoraga et Hugo Micallef de l’AS Monaxo Boxe sont vainqueurs aux points. En professionnel, Ruslan Kupchick de la fédération monégasque de boxe ainsi que Victoire Piteau, Rachid Achoui, Razvan Cojanu et Florian Montels pour la Team Monaco Boxe complètent le tableau victorieux.

Christ Esabe, boxeur de la Team Monaco Boxe, a raflé le titre de champion de France chez les poids plumes.	(DR)

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.