Rubriques




Se connecter à

Son parcours, le potager du prince, les menus du Palais... Les confidences du chef d'Albert II de Monaco

Lors de la première Journée du livre gourmand, étoiles des fourneaux ou critique gastronomique ont accepté d’évoquer leur parcours, leur passion et surtout leur désir de transmission. Rencontre avec Christian Garcia, chef cuisinier au Palais Princier de Monaco

Elodie Antoine Publié le 28/11/2018 à 08:38, mis à jour le 28/11/2018 à 08:46
Christian Garcia Photo Michael ALESI/Dir.Com.

sur son ascension en principauté

"Je suis Français, mais Monégasque de cœur. Je suis issu du lycée hôtelier de Monaco. Nous avons un très bel outil de travail, ici, en Principauté. Par la suite, j’ai fait mes classes dans différents établissements de Monaco, le Monte-Carlo Beach, l’Hôtel de Paris, l’Hôtel Hermitage. Et c’est vrai, que lorsque je suis arrivé en 1987 au Palais Princier, j’avais 23 ans à l’époque, je ne pensais pas que j’allais y rester pendant plus de trente et un. Au départ, c’était pour une période de sept mois, pour un remplacement. Je m’étais dit que ça allait être une belle expérience à vivre. Et je ne l’ai plus quitté depuis et tant mieux. J’en suis le chef exécutif depuis 2004. Chaque année que je passe dans cet endroit, depuis mon arrivée, est exceptionnelle. Je dis toujours que j’aime ma vie, car j’ai la chance d’être dans le plus beau pays du monde et de travailler pour des personnes extraordinaires." 

sur son équipe

"Nous sommes une petite équipe. Nous sommes cinq au Palais mais, par contre, lorsque nous avons de grandes manifestations, je ne manque jamais de prendre des jeunes du lycée hôtelier. Toujours dans cet esprit de transmettre notre savoir. La transmission, c’est très important. Même le Prince est très fier de son lycée hôtelier. Et il ne manque jamais de venir saluer les équipes en cuisine. Lorsqu’ils viennent, ils sont toujours très émus et c’est aussi une belle récompense pour eux."

sur les menus au Palais

"Au Palais, nous faisons surtout une cuisine méditerranéenne, une cuisine de la Riviera. Avec tous les produits locaux. Nous avons la chance de pouvoir utiliser tous les jours des légumes qui proviennent de la résidence d’été de Rocagel. Et c’est une grande fierté pour le Prince de pouvoir servir à ses invités des légumes de son potager. Ce sont des légumes entièrement bio, sans engrais chimiques. Et puis même pour moi, lorsqu’on cuisine avec des bons produits, c’est plus facile et ça ne nécessite parfois qu’un bon assaisonnement, une cuisson parfaite et un petit filet d’huile d’olive." 

 

sur sa présidence au Club des Chefs de Chefs d’États

"Effectivement, c’est aussi une grande fierté pour moi aussi. Chaque année, nous avons un meeting dans un pays différent, où nous sommes reçus par le chef d’État. Nous organisons également des dîners de charité. Je suis toujours assez fier de participer à ces événements. Je n’oublierai jamais le dîner pour la paix que nous avions fait en Israël pour la Fondation Shimon Peres. C’était avec une brigade composée à 50 % de Palestiniens et 50 % d’Israéliens, réunis sous le même uniforme. Vous savez, la cuisine rassemble, c’est un moment de partage. Et même au Palais, j’ai pu cuisiner pour de grandes personnalités, comme Nelson Mandela, la Princesse Takamado du Japon. Oeuvrer au Palais, ça nous permet de faire de très belles rencontres. Il faut croire en soi et savoir saisir les occasions quand elles se présentent. Si j’avais un message à faire passer, ce serait celui-ci. Il nous attend souvent de très belles choses par la suite."

Offre numérique MM+

...

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.