“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Solange Podell raconte sa vie en photographies

Mis à jour le 09/10/2016 à 05:02 Publié le 09/10/2016 à 05:02
Récemment, Solange Podell a exposé une partie de son travail à la Direction du Tourisme - ici avec le directeur Guillaume Rose - qui a fait appel a ses services pendant presque vingt ans pour portraitiser la Principauté.

Récemment, Solange Podell a exposé une partie de son travail à la Direction du Tourisme - ici avec le directeur Guillaume Rose - qui a fait appel a ses services pendant presque vingt ans pour portraitiser la Principauté. DR

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Solange Podell raconte sa vie en photographies

Petit rat de l'Opéra de Paris devenue actrice de films hollywoodiens des années 50, Solange s'est vraiment épanouie en devenant photographe pour la Direction du tourisme de Monaco

Elle a été petit rat de l'Opéra de Paris dans les années 40, modèle et actrice dans le Hollywood des années 50. Mais sa passion, ce fut et ça l'est encore, la photographie.

Solange Podell a vécu plusieurs vies, mais c'est en photographie qu'elle se raconte le mieux. Installée depuis quarante ans en Principauté, la photographe a immortalisé le Monaco d'hier et d'aujourd'hui.

Des petits moments d'éternité pour elle. « Regardez, ça, c'était un instant magique », se remémore la photographe en voyant un portrait de la princesse Grace, qu'elle a réalisé à la sortie d'une conférence, à la débotté, avec la complicité de la princesse. « Elle était très humaine, elle a été très attentionnée avec moi et m'a permis d'ouvrir des portes à Monaco ».

C'était il y a quarante ans, Solange choisit la Principauté comme port d'attache. « Un havre de paix, à la fois petit et très international, c'est ce qui m'a séduit ».

La direction du Tourisme fait alors appel à ses services et Solange commence à portraitiser la Principauté. Son relief, son architecture, son panorama. Mais aussi ses personnalités.

« Je me souviens de soirées de gala où je faisais des dizaines de photos, puis pendant le spectacle, je prenais ma moto pour aller dans un laboratoire au-dessus de Menton, faire les tirages, pour revenir juste à temps à la fin de la soirée pour que les convives aient leurs photos en partant. »

Pour Monaco, Solange Podell développa aussi les premiers objets touristiques avec photos et affiches des événements de la Principauté imprimés dessus.

Un nouveau métier pour celle qui avait commencé devant la caméra mais qui a trouvé sa place derrière l'objectif.

« Je n'ai pas aimé Hollywood », lance-t-elle pour évoquer ses apparitions dans quelques films tournés à Los Angeles au début des années cinquante.

De ses années américaines, c'est de New York dont elle garde les meilleurs souvenirs. Marié à un médecin américain, elle fréquente la high society de Manhattan. Et côtoie des artistes comme Andy Warhol, dont elle fera par la suite une série de portraits à la terrasse d'un hôtel à Cannes en 1972.

Elle a confié ses souvenirs à l'auteur Cyriaque Griffon, qui a en tiré une biographie, Mademoiselle Trystram, qui raconte les hauts et les bas d'une vie entre deux continents.

Un bilan qu'elle ne voit pas comme un adieu, car elle le confirme dans un sourire, « j'ai encore des projets et je veux continuer à apprendre ».


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.