“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Si on changeait le monde? C'est l'invitation que lance un entrepreneur de Monaco

Mis à jour le 23/04/2020 à 21:41 Publié le 23/04/2020 à 21:39
Didier Rubiolo a créé le Stars’n’bars avec Kate Powers en 1993. Il est depuis longtemps engagé dans une démarche éco-responsable. Ils utilisent, par exemple, de la viande bio.

Didier Rubiolo a créé le Stars’n’bars avec Kate Powers en 1993. Il est depuis longtemps engagé dans une démarche éco-responsable. Ils utilisent, par exemple, de la viande bio. Photo archive M.M.

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Si on changeait le monde? C'est l'invitation que lance un entrepreneur de Monaco

Didier Rubiolo, co-créateur du Stars’n’bars à Monaco, considère que c’est la société moderne qui a causé la situation actuelle, et que cette crise est une possibilité de changement.

Qui ne s’est pas levé le matin, ces derniers temps, en se demandant à quoi allait ressembler l’après. Est-ce que nous allons tous reprendre nos vies comme elles étaient avant?

Comme un film qu’on aurait mis sur pause pendant plusieurs semaines, et qu’on reprendrait comme si de rien n’était? Est-ce que nous allons au-devant de noires heures où ceux qui ont un emploi devront travailler beaucoup plus pour le même prix, et ceux qui n’en ont pas continueront à tirer la langue ? Ou bien allons-nous enfin bâtir une société plus responsable, moins inégalitaire?

Si l’anonymat (relatif) des réseaux sociaux permet, dans le confort de son petit chez soi, de cliquer sur le bouton "partager" à chaque publication d’une initiative qui nous semble aller dans le bon sens, cela nous permet aussi de nous déculpabiliser quand nous nous entêtons dans des comportements bien peu respectueux de notre environnement.

Or, si nous en sommes arrivés là, c’est à cause de nos comportements. Cela, Didier Rubiolo, cofondateur du Stars’n’bars, très engagé dans la cause environnementale, en est convaincu.

"Si la pandémie a pu se développer comme ça, est-ce que ce n’est pas à cause de notre mode de vie?" interroge-t-il. Au hasard de ses échanges en Principauté, il pense avoir perçu une volonté de changer.

"Je discutais hier avec un banquier qui me disait qu’avec le confinement, il s’est rendu compte de tout ce qu’il ratait à force de vivre à toute vitesse. C’est vraiment ce que l’on souhaite?"

Quand on veut, on peut

Ce n’est pas qu’une question de rythme. Ce qu’il souhaite, c’est une façon de vivre différente.

"Les problèmes de climat, c’est notre façon de consommer qui en est responsable. Les scientifiques tiraient la sonnette d’alarme depuis longtemps. C’est nous qui avons créé cela, avec notre recherche effrénée de croissance. On parle de la reprise, mais il ne faut surtout pas qu’on reparte sur le même mode."

Le monde a déjà un peu changé, et ce qu’il en voit lui semble être un bon début: "On peut se promener dans les rues sans respirer les échappements de camion. Je vis ici depuis des décennies, et je n’ai jamais vu l’eau du port si belle. Les gens entre eux font preuve de solidarité. Cette pandémie, c’est une fenêtre qui s’ouvre. Le tsunami arrivait sur nous, et le virus a tout arrêté. Les politiques de plusieurs pays avaient de la difficulté à mettre en place une journée sans voiture depuis des années. Et là, en quelques jours, tout s’est arrêté."

La preuve qu’on peut, si on veut vraiment, en somme. Il en est certain. Au point d’oser: "Cette pandémie, c’est un cadeau pour l’humanité."

Dans son discours, les exemples pleuvent: l’alimentation, les transports, l’habillement…

"Les gens fortunés ne peuvent pas continuer à vivre comme ils le font. Franchement, qui a vraiment besoin de prendre l’avion pour aller s’acheter un tee-shirt?"

Sur le plan politique aussi: "Regardez le budget des armées des grandes puissances, et leur budget santé ! Alors qu’un simple virus peut faire bien plus de victimes que n’importe quelle arme à feu!"

Au-delà de la croissance

Qu’on ne se méprenne pas, Didier Rubiolo ne se pose pas en moralisateur. Il interroge.

"Je ne suis pas là pour juger. Ni moi, ni personne. Mais moi, je ne pourrai pas recommencer comme avant. Faire tourner un business seulement pour produire de la croissance, ça ne m’intéresse pas." Alors il va changer. Petit à petit. Et il espère ne pas être le seul.

Le changement a déjà commencé, en proposant des alternatives végétales depuis plusieurs années. Cette fois, il veut aller plus loin.

"On va réduire le menu. Arrêter le tex-mex pour lequel on importait les ingrédients. Arrêter le guacamole toute l’année. Ça n’a aucun sens d’importer des caisses d’avocats de l’autre bout du monde à longueur d’année. Nous garderons les burgers pour lesquels nous avons réussi à avoir un approvisionnement local et responsable."

Pour Didier Rubiolo, notre société est en train de vivre une période de jachère. Et pour la suite, il a une proposition: "Et si on semait enfin de vraies valeurs?" Chiche!

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.