“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Si la crise sanitaire perdure, le prince Albert II envisage d’organiser le Grand Prix de Monaco à huis clos

Mis à jour le 19/11/2020 à 10:45 Publié le 19/11/2020 à 10:45
Vers un Grand Prix de F1 à huis clos à Monaco en 2021?

Vers un Grand Prix de F1 à huis clos à Monaco en 2021? Photo C. D.

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Si la crise sanitaire perdure, le prince Albert II envisage d’organiser le Grand Prix de Monaco à huis clos

Les leçons qu'il tire de la crise sanitaire, le Grand Prix de F1 et Rolex Monte-Carlo Masters 2021, le risque attentat à Monaco, le vaccin anti-Covid: dans ce troisième volet de l’entretien accordé à Monaco-Matin, le prince Albert est soumis au feu des questions.

Comment, en tant que chef d’État, vivez-vous cette période sans équivalent dans l’histoire de la Principauté?
Cette période est très difficile sous beaucoup d’aspects. Cette impossibilité à pouvoir se projeter à moyen et à long terme est extrêmement contraignante. Nous n’avons aucune visibilité au-delà de quelques semaines, parfois moins. Il faut avoir constamment à l’esprit l’obligation de réduire un certain nombre d’activités, d’adapter nos modes de fonctionnement. Aujourd’hui, par exemple, je privilégie les visioconférences. Je ne voyage quasiment plus. Pendant cette crise, on manœuvre presque à vue. Par d’autres côtés, cela me permet de passer beaucoup plus de temps à Monaco, de me concentrer davantage sur les dossiers monégasques qui nécessitent actuellement plus d’attention, et d’être plus souvent auprès de ma famille, ce qui est formidable.

"Nous allons tous devoir nous adapter à une nouvelle forme de vie publique"

Est-ce que la crise de la Covid va changer votre façon de vivre? Continuerez-vous à parcourir le monde?
Nous allons tous devoir nous adapter à une nouvelle forme de vie publique. Les voyages trop fréquents ne seront plus la norme, ils ne seront plus souhaitables. Nous avons compris que beaucoup d’activités pouvaient se faire par visioconférence. Le contact humain, certes important, ne sera plus aussi fréquent qu’avant.

À toute chose malheur est bon? Je pose la question au fervent défenseur de l’environnement et à l’ardent partisan de la lutte contre le changement climatique…
C’est une opportunité unique pour tous ceux qui veulent faire avancer la lutte contre le changement climatique. Il faudra absolument profiter de cette sortie de crise pour prendre, tous ensemble, les mesures nécessaires pour aller vers une plus grande durabilité, pour accélérer la transition énergétique et écologique de façon plus rapide qu’elle ne l’aurait été sans cette crise.

Vous avez vous-même été contaminés par le coronavirus en mars. Comment allez-vous?
Bien. J’ai confronté mon expérience avec d’autres personnes atteintes par la Covid et, c’est vrai, une fatigue perdure pendant très longtemps. Je l’ai ressentie jusqu’en juin.

"Il me paraît difficile d’annuler le Grand Prix deux années de suite"

Au printemps dernier, le Rolex Monte-Carlo Masters et le Grand Prix de Monaco de Formule 1 ont été annulés en raison de la crise sanitaire. Or, ailleurs dans le monde, des Grands Prix se courent et des tournois de tennis se jouent. En 2021, si le contexte sanitaire est défavorable, faut-il les organiser à huis clos?
L’intérêt de ces événements en Principauté est d’attirer un public important. Mais, si cela devait perdurer, s’il n’y avait pas d’autre moyen que de les organiser à huis clos, alors oui, nous devrions nous y résoudre. Il me paraît difficile d’annuler ces grands événements deux années de suite. On perdrait alors, sans doute, notre place dans le calendrier international, ce qui serait préjudiciable pour l’avenir.

"On espère, comme de nombreux pays, pouvoir disposer du vaccin en début d’année 2021"

L’attentat de Nice nous a fait replonger dans l’horreur. Les contrôles de police, depuis, sont renforcés aux entrées de la Principauté. Faut-il en déduire qu’il y a un risque terroriste à Monaco?
La sécurité est une préoccupation constante de la Principauté. Nous avons été extrêmement choqués par les derniers attentats en région parisienne et à Nice. En coordination avec le pays voisin et ami, nous avons décidé de redoubler de vigilance et de mettre en place cette présence policière armée.

Comment la Principauté prépare-t-elle son approvisionnement en vaccins anti-Covid, dès lors qu’ils seront mis sur le marché?
Nous nous sommes inscrits dans certains programmes internationaux, notamment le programme Covax Facility, soutenu par l’OMS (Organisation mondiale de la santé, ndlr). Il comporte un plan d’approvisionnement, pour les États signataires, des vaccins Covid, dès qu’ils seront disponibles. On espère, comme de nombreux pays, pouvoir en disposer en début d’année 2021. Nous avons d’ores et déjà la garantie d’obtenir un volume de vaccins agréés pour 20 % de la population, dans des délais qui restent évidemment à définir. C’est loin d’être suffisant mais nous poursuivons nos efforts pour couvrir tous nos besoins. Nous discutons aussi avec le ministère français de la Santé, dans le cadre de notre convention franco-monégasque d’assistance sanitaire, pour compléter l’approvisionnement, lorsque le vaccin sera disponible.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.