Rubriques




Se connecter à

Ses œuvres trônent à Antibes, Monaco, Biot: le sculpteur Kees Verkade disparaît à 79 ans

Le célèbre sculpteur né aux Pays-Bas s’est éteint à Monaco. Il laisse à Antibes une part de son art avec deux sculptures de taille. Une exposition rendra hommage à sa vaste œuvre en octobre.

Philippe Depetris Publié le 01/01/2020 à 19:18, mis à jour le 01/01/2020 à 19:18
Kees Verkade et sa sensibilité traduite par le bronze. Photo archives Nice-Matin

Il y a quelques semaines seulement, Kees Verkade signait une statue destinée à être dévoilée aux Pays-Bas, créée en hommage aux soignants qui se dévouent auprès des malades atteints par la Covid-19.

Ce sera son œuvre ultime.

Le célèbre sculpteur s’en est allé à quelques jours de la fin de l’année 2020, dans cette discrétion qu’il affectionnait particulièrement et qui était à la mesure de son talent.

Ainsi s’achève un remarquable parcours artistique.

 

Un esprit créatif et inventif

Né le 12 octobre 1941 à Haarlem, aux Pays-Bas, c’est tout jeune qu’il s’était passionné pour le dessin, affirmant son désir de s’exprimer dans le graphisme publicitaire.

Cette voie ne lui étant pas ouverte, il rejoint la section sculpture de l’Académie Royale de la Haye à 16 ans. Déterminant pour son futur parcours artistique.

Au sein de cette structure, il acquiert les bases du dessin au fusain d’après modèle, s’initie aux techniques de la cire perdue et de la terre cuite, apprend à modeler des formes et des corps et à créer des reliefs.

Il organise ses premières expositions qui suscitent l’intérêt, expose dans des galeries de renom. Suivront les premières commandes. Un premier mariage et deux fils enrichiront sa vie personnelle.

 

Curieux, sensible et observateur du monde, il incarne ses émotions dans son art. Kees Verkade était capable de restituer les regards, les mouvements et les élans du cœur, du corps et de l’esprit dans un souci naturel d’authenticité et de vérité.

Il faisait naître de ses mains une vie en trois dimensions immédiatement conceptualisées dans son esprit créatif et inventif.

Un lien fort avec Monaco

C’est en Principauté de Monaco qu’il rencontrera l’amour de sa vie, son épouse et muse Ludmila qui lui donnera une fille, Casmira.

Cet amour sera à l’origine de ses œuvres les plus émouvantes et les plus intenses. Cette vibration viscérale ressentie jusqu’au plus profond de son être donnera un véritable sens à sa vie d’homme et de créateur.

L’admiration et l’affection qu’il voue à la famille princière de Monaco se retrouvera dans nombre de ses œuvres, telles la statue de S.A.S. le prince Rainier III sur la rampe major surplombant Sa Principauté, celle de S.A.S. la princesse Grace dans la Roseraie de Fontvieille ou celle de Malizia qui lui sera commandée par les monégasques pour commémorer le 700e anniversaire de la dynastie des Grimaldi, lequel s’empara du rocher par surprise en se déguisant en moine.

 

Exposition rétrospective en automne à Antibes

De nombreux sites aux Pays-Bas, de nombreuses collections personnelles et muséales témoignent de son œuvre.

À Monaco, les sportifs installés devant le stade Louis II, le buste du Prince Louis de Polignac au square Beaumarchais, à Biot, "L’envol", créée pour les 10 ans des Heures Musicales, à Antibes, une ville qu’il aimait tant et à laquelle il laisse "L’inspiration" qui domine le port, et "Invitation" à Juan-les-Pins.

Antibes qui rendra hommage à son immense talent à l’automne prochain avec une exposition rétrospective.

Les obsèques de Kees Verkade se sont déroulées dans la plus stricte intimité. Nice-Matin s’associe à la douleur de son épouse Ludmila, de ses fils Arno et Martijn et sa fille Casmira et de toutes les personnes touchées par ce deuil.

Offre numérique MM+

...

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.