“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Sciences de l'Univers à la médiathèque : les ondes gravitationnelles, quésaco ?

Mis à jour le 18/01/2017 à 05:06 Publié le 18/01/2017 à 05:06
Fabien Kéfélian, chercheur au Laboratoire Artémis (Sophia) qui collabore au projet Ligo-Virgo, a passionné son auditoire.

Fabien Kéfélian, chercheur au Laboratoire Artémis (Sophia) qui collabore au projet Ligo-Virgo, a passionné son auditoire. M.-E. C.

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Sciences de l'Univers à la médiathèque : les ondes gravitationnelles, quésaco ?

Le 14 septembre 2015, le monde scientifique international était secoué par un évènement cosmique : pour la première fois, l'homme « entendait » des ondes gravitationnelles, 100 ans exactement après qu'Albert Einstein avait émis l'hypothèse de leur existence dans sa théorie de la relativité générale.

Le 14 septembre 2015, le monde scientifique international était secoué par un évènement cosmique : pour la première fois, l'homme « entendait » des ondes gravitationnelles, 100 ans exactement après qu'Albert Einstein avait émis l'hypothèse de leur existence dans sa théorie de la relativité générale. Après vérification, communication de l'évènement était faite le 11 février 2016 et pourrait conduire au prix Nobel l'équipe internationale impliquée : les physiciens des observatoires Ligo (aux États-Unis) et Virgo (Europe).

Qu'est-ce que les ondes gravitationnelles ? A quoi sert cette observation ?

Les réponses ont été données vendredi dernier, à la médiathèque, dans le cadre des conférences « Sciences de l'Univers », proposées par Alessandro Morbidelli, chercheur au CNRS / Observatoire de la Côte d'Azur.

Il avait invité Fabien Kéfélian, chercheur au Laboratoire Artémis (Observatoire de la Côte d'Azur), qui fait partie des quelque 1000 scientifiques impliqués dans la collaboration Ligo-Virgo. Au public, composé d'une quarantaine de passionnés, le chercheur a raconté comment, le 14 septembre 2015, les 2 interféromètres laser Ligo installés dans les états de Louisiane et de Washington, ont détecté, au même moment, une onde provoquée par la fusion de deux énormes trous noirs (d'une masse d'environ 30 soleils chacun) qui se tournaient autour à la vitesse de 200 000 km/s !

Il y a 1,5 milliard d'années-lumière

Ce cataclysme eut lieu il y a 1,5 milliard d'années-lumière, dans une galaxie très lointaine, et provoqua une énergie équivalente à trois fois la masse du Soleil, convertie en une fraction de seconde en onde gravitationnelle.

Les ondes gravitationnelles font osciller l'espace-temps qui remplit l'univers. Imaginez la déformation d'un gobelet en plastique quand vous appuyez sur deux points opposés de son bord. Le rond devient ellipse. De même, l'onde gravitationnelle étire dans un sens et comprime dans l'autre l'espace-temps ainsi que les objets qu'elle traverse. Mais cette déformation est infime. Il a fallu booster la puissance et la sensibilité des interféromètres pour pouvoir repérer et mesurer ces ondes, après 50 ans de traque.

Cette découverte confirme la théorie d'Einstein et l'existence des trous noirs, et ouvre une fenêtre prometteuse sur la connaissance de l'Univers et de son origine.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.