“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Scandale sanitaire des Jardins d’Apolline à Monaco: pour le constructeur, le chantier a respecté "le cahier des charges spécifiques"

Mis à jour le 11/12/2017 à 10:57 Publié le 11/12/2017 à 10:40
Peu habitué à communiquer, Lionel Abada, directeur général de la Satri, a tenu à affirmer que l'entreprise assumerait ses responsabilités. Et seulement les siennes.

Peu habitué à communiquer, Lionel Abada, directeur général de la Satri, a tenu à affirmer que l'entreprise assumerait ses responsabilités. Et seulement les siennes. Jean-François Ottonello

Scandale sanitaire des Jardins d’Apolline à Monaco: pour le constructeur, le chantier a respecté "le cahier des charges spécifiques"

Des résidents à reloger, des immeubles à réhabiliter: le dossier des Jardins d'Apolline constitue un scandale sanitaire sans précédent en Principauté pour cet ensemble domanial rongé par l'insalubrité. Resté dans l'ombre depuis le début de l'affaire des Jardins d'Apolline, Lionel Abada, directeur général de la société de construction Satri du groupe Marzocco, fait le point, en exclusivité pour Monaco-Matin.

Le bâtiment est un milieu de taiseux. On s'exprime peu. Ce qui est un peu fâcheux sur un dossier comme les Jardins d'Apolline, cette résidence domaniale livrée en 2013 et déjà sévèrement sinistrée. Récemment dans nos colonnes, Albert Croesi, en charge de ce dossier pour le compte de l'état, disait s'attendre à tout, tant cette résidence est imprévisible. Dans la rue, les gens parlent et mettent en cause le constructeur. Raisonnement humain logique: quand le gâteau est mauvais, c'est le pâtissier qu'on incrimine. Et puis, il y a le contexte: en pleine campagne électorale, le dossier est repris, brandi en étendard.

Face à cette cacophonie, Lionel Abada, directeur général de la Satri, l'entreprise qui s'est chargée de la construction des Jardins d'Apolline, a préféré garder sa réserve un certain temps. À tort, ou à raison. Il connaît bien Monaco pour y travailler depuis longtemps: il était directeur des travaux sur le chantier du Grimaldi Forum en 1995.

Aujourd'hui, il a décidé qu'il était temps que l'entreprise s'exprime, et il se confie à Monaco-Matin, dans son bureau de la Tour Odéon, autre construction du groupe.

Avec un message essentiel: "Nous avons réalisé le chantier dans les délais requis, selon le cahier des charges spécifiques, et il a été réceptionné sans réserve. Il a subi de multiples contrôles, il n’y a jamais eu le moindre problème."

Voici les principaux point à retenir de l'entretien.

La résidence des Jardins d'Apolline.
La résidence des Jardins d'Apolline. Cyril Dodergny

sur la qualité des matériaux

"Chaque produit est soumis à l’architecte, au bureau de contrôle, et au bureau d’étude fluide. Nous avons mis en œuvre les matériaux validés conformément au cahier des charges."


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct