“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Scandale sanitaire des Jardins d’Apolline à Monaco: "La justice nous dira quels ont été les manquements et qui a failli dans ses responsabilités"

Mis à jour le 23/11/2017 à 20:32 Publié le 15/11/2017 à 08:39
Albert II de Monaco dans le bureau d'apparat du palais princier.

Albert II de Monaco dans le bureau d'apparat du palais princier. Photo J.-F. O.

Scandale sanitaire des Jardins d’Apolline à Monaco: "La justice nous dira quels ont été les manquements et qui a failli dans ses responsabilités"

Des résidents à reloger, des immeubles à réhabiliter: le dossier des Jardins d'Apolline constitue un scandale sanitaire sans précédent en Principauté pour cet ensemble domanial rongé par l'insalubrité.

Le chantier de rénovation doit débuter à la mi-février. Dans un entretien accordé à Monaco-Matin, le Prince Albert II a annoncé "des mesures pour que cela ne se reproduise plus".

Un dossier suivi de près

"J’ai effectué une visite privée dernièrement pour voir des appartements inoccupés et me rendre compte de l’ampleur des dégâts. Je suis ce dossier de très près. Ce qui s’est passé est extrêmement grave. Je mesure la situation et l’urgence à trouver les meilleures solutions de relogement pour les personnes affectées. Je regarde aussi l’étendue des travaux à réaliser."

Travaux et relogement: un coût exorbitant

"26 millions d’euros ont été provisionnés. Malheureusement, il est fort probable que le coût final soit bien supérieur. Nous n’avons rien négligé sur le relogement temporaire des résidents et des familles, des travaux de réfection. Il appartiendra ensuite à la justice de déterminer les responsabilités et les compensations financières. Cette affaire est très préoccupante et servira de leçon."

Une défaillance dans le dossier?

"Dans sa globalité, l’affaire a été bien gérée. C’est vrai, toutefois, qu’il y a eu plusieurs alertes, deux ans plus tôt. Mais on a pensé qu’il s’agissait d’un problème isolé. Les soucis sont arrivés en cascade. Ils concernaient les infiltrations, l’étanchéité, la qualité de certains matériaux, la corrosion, mais aussi des malfaçons et des manques de contrôles évidents. Pas de l’État mais des bureaux de contrôles qui devaient vérifier cela. L’État est là pour s’assurer que les travaux se déroulent normalement et dans le bon échéancier. Les contrôles techniques doivent être assurés par les bureaux de contrôles qui ont été désignés. La justice nous dira quels ont été les manquements et qui a failli dans ses responsabilités. Ceux qui mériteront d’être sanctionnés le seront. Et nous veillerons à ce que cela ne se reproduise plus à l’avenir."

Une jurisprudence "Jardins d’Apolline"

"J’ai demandé, sans attendre les résultats des procédures judiciaires, que le gouvernement réfléchisse à une modification des différents cahiers des charges pour les constructions de logements domaniaux et sur la meilleure façon de sécuriser les contrôles des entreprises. Les sociétés attributaires se verront imposer des obligations beaucoup plus strictes. Une réflexion doit être engagée à la fois sur les constructions à venir et l’entretien du parc existant."


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.