“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Sara Valentini et Laurène Cucchi ont terminé 6e à Cannes

Mis à jour le 02/11/2019 à 10:21 Publié le 02/11/2019 à 10:21

Sara Valentini et Laurène Cucchi ont terminé 6e à Cannes

Une étendue d’eau se dresse devant vous ?

Une étendue d’eau se dresse devant vous ? Vous la traverserez. Une montagne ? Vous la franchirez. Voilà pourquoi le swimrun est le sport de pleine nature en vogue depuis quelques années. Devenu une discipline à part entière avec ses propres règles, un équipement swimrun spécialisé et des adeptes tous les jours plus nombreux, chaque jour qui passe voit évoluer un peu plus ce sport en plein essor.

Après avoir terminé 3e en Espagne au mois d’avril dernier, Sara Valentini et Laurène Cucchi ont de la suite dans les idées. Avec peu d’expérience certes dans cette discipline, les deux Monégasques étaient de sortie dernièrement du côté de Cannes pour participer au swimrun Ötillö.

Nager avec des chaussures, courir avec une combinaison

À la différence du triathlon qui possède des aires de transition permettant de changer de tenue et de matériel, les swimrunners conservent leur tenue et leur matériel sur l’ensemble du parcours. Ils nagent avec leurs chaussures et courent avec leur combinaison néoprène (spécifique à la pratique). Une discipline très particulière qui - dans sa version originale - consiste à se déplacer en alternant donc course à pied et natation en pleine nature. Le format de binôme améliore la sécurité « mais cela crée aussi et surtout une équipe dont la cohésion est un facteur essentiel de succès ». La notion d’entraide, bien sûr entre partenaires, « mais aussi entre équipes, est essentielle à l’esprit de la course. » En courant et en nageant près de la Croisette ou le long de la ville de Cannes, Sara et Laurène (toutes deux enseignantes au collège FANB) ont été immergées dans un environnement urbain exceptionnel, avec ses yachts, ses eaux limpides et ses habitants.

2h40 d’efforts

Un parcours de 16,1 km au total, dont 12,6 de course et 3,5 de natation (avec un total de 6 sections de nage). « Les conditions étaient difficiles car il avait plu et la mer était agitée », soulignent les deux compères inscrites sous le nom d’équipe « Blondie & Brunette on the run ». 368 participants étaient en lice pour cette course sprint.

Au final, après 2h40 d’efforts, Sara et Laurène ont terminé à une honorable 6e place chez les féminines, à 36 minutes des premières, de solides championnes suédoises, expertes de la discipline.

Un résultat très honorable par rapport au niveau amateur des Monégasques qui s’entraînent régulièrement et qui comptent bien représenter encore les couleurs de la principauté lors de prochaines épreuves en 2020. Elles auront à cœur de briller « en partageant toujours l’expérience et l’aventure avec son partenaire, car le swimrun est un mode de vie. » Une belle histoire de partage, de communion à travers le sport et la performance dans la convivialité.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.