“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Sans emploi, il s'offre un magnum de Champagne aux frais de La Rascasse

Mis à jour le 26/02/2018 à 05:07 Publié le 26/02/2018 à 05:07
« J'ai fait la fête toute la journée sur la Côte avec des amis », a admis le prévenu.

« J'ai fait la fête toute la journée sur la Côte avec des amis », a admis le prévenu. T.P.

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Sans emploi, il s'offre un magnum de Champagne aux frais de La Rascasse

Entrer dans un établissement de nuit comme La Rascasse, consommer un excellent champagne, un magnum de « Dom Pérignon » par exemple !

Entrer dans un établissement de nuit comme La Rascasse, consommer un excellent champagne, un magnum de « Dom Pérignon » par exemple ! Ça classe le personnage au regard d'un entourage et des clients de passage sujets à l'envie. Même s'il y a foule et la terrasse est pleine pour cette période de Grand Prix de F1, les serveurs déploient des trésors d'ingéniosité pour vous trouver la meilleure table… Frimer, mais malheureusement au terme de ce breuvage, personne n'y échappe : il y a l'addition ! Salée en l'occurrence…

Alors, quand on est sans emploi et avec juste l'allocation du RSA (revenu de solidarité active) pour subsister financièrement, il faut être culotté pour se laisser aller à pareille gabegie. C'est cet acte de grivèlerie qui a conduit un jeune niçois de trente ans devant le tribunal correctionnel.

« Avez-vous remboursé l'établissement ? »

Au niveau des faits, le 26 mai dernier, ce jeune homme indélicat se fait servir la dive bouteille au tarif affiché de 600 euros. Il a droit à toute la déférence des employés de l'établissement-phare du port Hercule. Mais au moment de régler la note, il n'a pas d'argent sur lui et sa carte bancaire bloque le paiement. Le responsable alerte la police.

Une seule chose positive : son taux d'alcoolémie de 1,11 mg par litre d'air expiré ! « Quand on n'a pas les moyens de mener la grande vie, note le président Jérôme Fougeras Lavergnolle, on s'abstient de telles dépenses somptuaires ! Vous êtes d'ailleurs connu pour des faits de grivèlerie et en France vous avez été condamné deux fois pour conduite en état d'ivresse. Avec vos revenus aussi modestes, comment pouviez-vous penser que votre carte allait fonctionner ? Avez-vous remboursé l'établissement depuis ? »

Le fraudeur fait preuve de beaucoup de franchise. C'est sans aucun remords qu'il répond négativement et s'explique. « J'ai fait la fête toute la journée sur la Côte avec des amis. Après un passage au Festival de Cannes, nous sommes arrivés à Monaco. Comme ils ont préféré partir, je suis resté seul et j'ai continué à boire. Pas mal saoul, je n'ai pas pris conscience de mon comportement inconcevable. »

Même si la SBM, propriétaire du débit de boisson, n'est pas sur le banc de la partie civile à l'audience, le représentant du parquet général souhaite voir le prévenu s'acquitter de la somme due.

« Une nouba… vouée à l'échec »

« Monsieur s'organise une vie festive au cours du printemps en Principauté et il fait la nouba. C'est le drame avec des nectars que l'on se fait servir, suivi d'une réflexion bien particulière. C'est immanquablement voué à l'échec et ça entache une vie. »

Tout va aller très vite quand on pénètre dans cette galère pour le premier substitut Olivier Zamphiroff. « Surtout quand on a deux pages de casier judiciaire en France et une à Monaco. Il faut se reprendre au lieu de faire bonne figure devant un public altéré. Vous aurez le choix entre une période de prison avec sursis, ou vous vous dirigerez vers une amende que j'ai de la réticence à assortir du sursis. »

Le tribunal préféra la seconde option annoncée dans les réquisitions du ministère public avec une amende de 600 euros ferme ! « Elle correspond au prix de la bouteille de champagne », signalera le président au cours de la lecture du délibéré.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.