“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Sacs Hermès vintage, joaillerie, stylos, sculpture ou art russe sont au menu des enchères de l'été à Monaco

Mis à jour le 17/07/2018 à 09:06 Publié le 17/07/2018 à 10:30
Sous le regard des angelots du plafond de la salle Belle Epoque de l’hôtel Hermitage, Artcurial expose ses joyaux, comme ce collier en platine et or jaune, diamants et émeraudes de Harry Winston.

Sous le regard des angelots du plafond de la salle Belle Epoque de l’hôtel Hermitage, Artcurial expose ses joyaux, comme ce collier en platine et or jaune, diamants et émeraudes de Harry Winston. Photos JSGA

Sacs Hermès vintage, joaillerie, stylos, sculpture ou art russe sont au menu des enchères de l'été à Monaco

Artcurial et l’Hôtel des ventes de Monte-Carlo sont en pleine session de ventes estivales. L’occasion de jeter un œil à ce qui se prépare, et de découvrir les nouveautés du secteur

Depuis quelques années, c’est devenu une tradition: l’été à Monaco est aussi la saison des ventes aux enchères. Des ventes qui remportent chaque année un succès grandissant d’après François Tajan, président délégué de la maison Artcurial, qui considère que le lieu a son importance: "Nous sommes dans ce qui est probablement la plus belle salle de Monaco. C’est bien d’avoir un lieu ancien et traditionnel qui incarne le luxe historique et éternel".

À l’Hôtel des ventes de Monte-Carlo (HVMC), en pleine session, Franck Baille confirme le succès des ventes de Monaco: "C’est une belle journée. Les ventes ont bien fonctionné, nous sommes contents."

Bijoux d’exception

Ce soir, HVMC procédera à sa dernière vente de bijoux de la session avec quelques pièces exceptionnelles, au Café de Paris: "A noter une exceptionnelle bague ornée d’une émeraude de plus de 5 carats, cette bague issue de la collection the “Green Jewel Collection” est l’une des seize uniques créations célébrant la collaboration des mines de Muzu en Colombie et des mines d’Argyle en Australie, estimée 130.000 à 160.000 euros."
Les gemmes vertes seront également à l’honneur chez Artcurial avec une rivière de diamants et émeraudes en platine et or jaune de Harry Winston, estimée entre 800.000 et 1 million d’euros.
"Les deux types de bijoux qui se vendent chaque année un peu mieux et un peu plus, ce sont les pierres de grande qualité et les bijoux signés", explique François Tajan. Des critères remplis par les deux maisons.

Art russe et horlogerie féminine

Demain, HVMC procédera à sa désormais célèbre vente d’objets d’art russe, où les icônes, les pièces d’orfèvrerie (dont certaines de Fabergé) et les peintures auront la part belle. Jeudi, ce sera au tour de la maroquinerie de luxe de faire son show, et dimanche au Yacht-club, se tiendra une grande vente de sculptures, dont certaines de Fernando Botero et Jean-Michel Folon, deux artistes monégasques.

Chez Artcurial, les sacs Hermès vintage auront bien entendu leur vente. La vente de montres pour dame intitulée "Le temps est féminin II" aura lieu pour la deuxième année consécutive avec des pièces tout à fait exceptionnelles: les montres serpents du joaillier italien Bulgari, présentes en noir et en blanc dans la même vente: "Elles nous sont arrivées à deux mois d’intervalle, tout à fait par hasard. Cette montre-bracelet serpent est sans doute l’objet le plus emblématique de la maison Bulgari", raconte François Tajan.

Instruments d’écriture

Au rayon des nouveautés, Artcurial sort de ses malles une vente de stylos, qui aura lieu vendredi. Pour le président délégué, c’était une évidence: "Les stylos sont le complément assez logique des objets de luxe et de collection."
En effet, pour Isabelle Boudot de la Motte, directeur du département Stylomania chez Artcurial, le stylo est un vrai produit de luxe: "Vous avez ici des pièces en laque japonaise où les raccords sont parfaitement invisibles une fois qu’ils sont fermés, et qui nécessitaient parfois de partir en mer pour les fabriquer, afin qu’aucune poussière n’adhère à la laque pendant son séchage."
De jolis objets estimés à partir de 800 euros jusqu’à plus de 15.000 euros.

En blanc, cette montre serpent de Bulgari est estimée à 120.000 euros. En noir, c’est 300.000 euros.
En blanc, cette montre serpent de Bulgari est estimée à 120.000 euros. En noir, c’est 300.000 euros. Photo JSGA

La suite du direct