“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Soutenez l’info locale et Monaco-Matin > Abonnez-vous

S’installe en pole Un monstre à trois têtes

Mis à jour le 06/01/2020 à 10:03 Publié le 06/01/2020 à 10:02
Quand J. J. O’Brien cajole la balle...
Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

S’installe en pole Un monstre à trois têtes

Sorti du banc au bout de 4 minutes de jeu, Norris Cole a aussitôt placé Monaco sur les bons rails… Un jump-shoot d’orfèvre pour égaliser 7-7, un autre (avec la faute en prime) pour créer le premier break (14-7), une gestion sereine et lucide des opérations… On repense à la première conférence de presse de Sasa Obradovic, après les débuts de Cole sur le Rocher (13 novembre).

Sorti du banc au bout de 4 minutes de jeu, Norris Cole a aussitôt placé Monaco sur les bons rails… Un jump-shoot d’orfèvre pour égaliser 7-7, un autre (avec la faute en prime) pour créer le premier break (14-7), une gestion sereine et lucide des opérations…

On repense à la première conférence de presse de Sasa Obradovic, après les débuts de Cole sur le Rocher (13 novembre). « Avec Norris, nous ne serons plus la même équipe, c’est une nouvelle ère qui s’ouvre », avait dit le coach, pourtant pas du genre à s’enflammer devant les micros. Le fait est là, Norris Cole déroule sa classe et Monaco s’en régale. Le double champion NBA avec Miami (2012 et 2013) est arrivé dans une équipe qui possédait déjà deux meneurs de jeu (Bost et Clemmons).

Désormais, ça fait trois. Et ce trio, qui s’avère complémentaire, n’en finit pas de grandir et de s’affirmer. Un trio infernal pour l’adversaire, en réalité, surtout quand on y ajoute les passes et les interceptions de Paul Lacombe..

« Nous sommes un monstre à trois têtes », a lâché, dans un grand sourire, l’ancien des Heat après la démonstration faite à l’ASVEL. « Tout le monde joue son rôle et le comprend bien. Il y a un équilibre entre nous. C’est la recette du succès ».

À la mi-temps, hier, Cole avait déjà inscrit 15 points. « J’essaye de m’adapter aux besoins de l’équipe », dit-il. « En deuxième mi-temps, je n’avais pas besoin de forcer, l’équipe a pris les rebonds offensifs, on a gardé le contrôle ».

Quand on a disputé trois finales NBA, pour deux titres (et avec un rôle important), il est clair que l’on connaît légèrement le parfum des grands matches « C’est à moi d’être un leader quand il le faut », glisse l’ancien des Heat. Premier du championnat ? « C’est un bon sentiment, surtout de rester invaincu à la maison. Nos fans nous ont bien soutenus, c’est important d’être solides chez nous. Mais je dirais que la saison ne fait que commencer. Il faut rester concentrés. J’aime le goût de la victoire et Monaco a de grandes ambitions. Il faut juste continuer à bosser comme on le fait ».

Vu la qualité de ses fondamentaux, on se dit que Cole n’a jamais dû être effrayé par le travail. Le talent, lui, fait le reste.

Norris « King » Cole

10 Comme le nombre de victoires consécutives de la Roca Team en championnat. Depuis son arrivée, Norris Cole est toujours invaincu en Jeep Elite avec l’ASM (9 victoires). Et Sasa Obradovic n’a toujours pas perdu la moindre rencontre à domicile en championnat depuis son arrivée en février 2019.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.