“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Rouge et blanc, le Casino joue la carte excentrique

Mis à jour le 21/11/2017 à 05:19 Publié le 21/11/2017 à 05:19
Deux clientes enthousiastes dans le décor de Charles Kaisin commandé par Pascal Camia, directeur des Jeux de la SBM.

Deux clientes enthousiastes dans le décor de Charles Kaisin commandé par Pascal Camia, directeur des Jeux de la SBM. Michael Alesi

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Rouge et blanc, le Casino joue la carte excentrique

Avec un décor éphémère réalisé de 1 500 m2 de tissu composé de losanges rouges et blancs, l'atrium devient ludique et festif. Mais la volonté de la direction des Jeux est de créer le buzz

On déteste ou on aime. On déteste puis on aime. L'atrium revu et follement corrigé par Charles Kaisin ne laisse personne indifférent. Et pour cause : l'espace où passent et repassent les joueurs du Casino de Monte-Carlo ou le public de la salle Garnier est recouvert depuis le 2 septembre de 1 500 m2 de tissus aux losanges rouges et blancs. Ces dernières heures de Fête nationale, voilà qui eu de l'éclat. Mais pas uniquement pour la fête du prince. Car ce projet est d'un excentrisme qui amuse.

" Let's fall in diamonds " - c'est le nom de l'installation - démultiplie l'espace à l'infini. Des tables, chaises, canapés, fauteuils, poufs, baignoire, lit king size sont empaquetées en rouge et blanc. C'est étourdissant. C'est ludique. Ça dénote totalement avec le majestueux atrium. Et on finit par déguster dans l'espace Bar de la Rotonde un cocktail Diamonds rouge et blanc ou des gourmandises en forme de losanges, servi par un employé de la Société des Bains de Mer lui-même en rouge et blanc.

La folie se serait-elle emparée du Casino de Monte-Carlo ?

Alors qu'ici précisément ont été créés ou joués les spectacles les plus avant-gardistes il y a plus d'un siècle, pas de quoi être choqué par des losanges comme un décor de maison de poupée au royaume rouge et blanc.

De l'art et du marketing

« Je n'ai pas voulu provoquer mais questionner, souligne Charles Kaisin, le designer belge, souriant. Ce lieu est grandiose ; mais à la croisée d'univers différents : opéra, salles de jeux, accès aux toilettes… Je trouvais intéressant de rendre l'espace fractal. Le rendre cinétique. Nous avons donc essayé de le rendre attractif et d'encourager le public à jouer dedans. »

Une allégorie aux couleurs de la Principauté ? « L'idée est venue des cartes, poursuit le designer, toujours souriant. J'ai réalisé par la suite que c'était les couleurs de Monaco. Nous avons récupéré de nombreux objets comme les fauteuils du casino ou du Jimmy'z. Puis les tapissiers et menuisiers furent mis à contribution. Humainement, c'est une belle aventure qui a mobilisé les équipes de la SBM. Le travail de préparation a pris plusieurs mois et trois jours d'installation. »

Si la démarche artistique est claire, celle de Pascal Camia, directeur des Jeux et du service marketing l'est tout autant. Eux ont voulu créer la surprise, casser avec une certaine austérité du lieu.

« C'est une installation éphémère, précise Pascal Camia. Ça me plaît beaucoup. L'idée est d'attirer des gens qui n'ont pas l'habitude du Casino. Le fun player va rechercher une expérience. » Celui qui découvre Monte-Carlo avec quelques dizaines d'euros seulement à dépenser aux machines à sous ou aux tables de jeux sera servi. Un décor saugrenu, un Casino aux salles plus belles les unes que les autres et dorénavant une salle rose où il est possible de prendre un menu type brasserie pour 45 euros seulement et 60 euros avec un forfait jetons.

« Nous avons cherché à créer du buzz et avons touché plus de 130 000 personnes via les réseaux sociaux », souligne Sylvie Cristin, chef du service relations presse et partenariats institutionnels.

Prochain décor mi-janvier, toujours signé Charles Kaisin.

Sur quel thème ? Le secret reste bien gardé…


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.