Rubriques




Se connecter à

Roquebrune : un couple à l'épreuve

Stephanie et Max filaient jusqu'à maintenant le parfait amour.

alice rousselot Publié le 11/07/2018 à 05:06, mis à jour le 11/07/2018 à 05:06
Stephanie est française, Max est belge. Pas facile pour ce couple de suivre ensemble cette demi-finale…
Stephanie est française, Max est belge. Pas facile pour ce couple de suivre ensemble cette demi-finale… A.R.

Stephanie et Max filaient jusqu'à maintenant le parfait amour. Jusqu'à ce que le calendrier de cette satanée Coupe du monde ne décide d'opposer la France à la Belgique en demi-finale. Car bravant tout romantisme, chacun des tourtereaux défend à 200 % des couleurs différentes.

 

« C'est la guerre depuis une semaine », s'amuse à raconter Stéphanie. Bons joueurs, le Belge et la Française ont pourtant décidé d'aller voir le match ensemble aux Allobroges, à Roquebrune. Accompagnés de leurs familles et amis respectifs. Et même de leur fille Charlie, un peu contrainte à supporter les deux équipes. Mais que les choses soient claires : pas de trêve durant la totalité de la rencontre. Le couple n'hésite pas à s'insulter, se faire de (petits) doigts d'honneur, s'apostropher, pester. « On est toujours excités, parce qu'on est des fêtards », confesse Stephanie, non sans avoir écrasé par mégarde le drapeau ennemi. « Si j'étais belge, je soutiendrais Eden Hazard. J'aurais aimé qu'il s'agisse plutôt d'un match de finale… » Au bout de 16 minutes de hurlement de Max à chaque occasion ratée, Stéphanie souffle. « Il m'énerve déjà. Je ne vais pas le supporter… »

But français, Max tire la tronche. Sa compagne vient le chambrer, ravie de pouvoir faire une danse partielle de la victoire. « C'est pareil que contre le Japon », lâche Max. Reprenant ses cris de sioux sous amphétamines. Avant de passer aux menaces : « Tu vas rentrer à pied ! » Puis de se calfeutrer à l'intérieur du restaurant pour ne plus entendre les commentaires du camp français. Au terme de quelques minutes d'apnée, tout proche de la fin, Stephanie lance timidement « On est tous champions… » Quelques minutes plus tôt, elle avait soumis l'idée d'aller dormir chez une amie. « Caro ? Mais elle est belge », lui fait-on remarquer. Tandis que Belges et Français viennent réconforter Max. « Je suis triste. Mais content quand même pour eux… », lâche-t-il, l'œil un peu humide. Conscient qu'il ne verra peut-être plus jamais son petit et plat pays à un tel niveau.

Offre numérique MM+

...

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.