“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Roquebrune tombe malgré un état d'esprit encourageant

Mis à jour le 05/12/2018 à 05:13 Publié le 05/12/2018 à 05:13

Roquebrune tombe malgré un état d'esprit encourageant

Les entraîneurs, par définition, se satisfont rarement d'une défaite.

Les entraîneurs, par définition, se satisfont rarement d'une défaite. Toutefois, la position dans laquelle se trouve l'équipe fanion, dimanche, à Roquebrune-Cap-Martin, au gymnase Valgelata-Fasiolo, pousse Jean-François Weber à regarder plus loin que le résultat du jour. « Ce fut un match encourageant face à une équipe homogène, un club qui possède une filière avec notamment des cadettes France. Nous n'étions pas dans le même registre. On a en plus de cela rajeuni notre équipe. Nous avions des discordances avec certaines joueuses, nous avons décidé de continuer la formation des jeunes avec du travail, du sacrifice et de l'abnégation. Un discours difficile à faire passer à certains éléments. »

Roquebrune a donc tenu la dragée haute aux Iséroises jusqu'à la mi-temps (27-33). Mais lors du QT3, La Tronche-Meylan a accéléré. « On est revenu un peu lors du dernier QT, et malgré notre défaite, l'état d'esprit affiché a été positif. » Jean-François Weber, formateur dans l'âme, ne dérogera pas de toute façon à ses principes. Il poursuivra, coûte que coûte, la formation de ses jeunes joueuses, et le résultat ne primera jamais avant la progression individuelle et collective. Qu'on se le dise ! L. B.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct