“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Soutenez l’info locale et Monaco-Matin > Abonnez-vous

Roméo et Juliette au Val Rahmeh

Mis à jour le 25/04/2018 à 05:14 Publié le 25/04/2018 à 05:14
Les jeunes du lycée professionnel Paul-Valéry ont mené à son terme, sur la scène du Val Rahmeh, le projet de « Roméo et Juliette ».

Les jeunes du lycée professionnel Paul-Valéry ont mené à son terme, sur la scène du Val Rahmeh, le projet de « Roméo et Juliette ». C.B.

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Roméo et Juliette au Val Rahmeh

Roméo et Juliette dans les jardins du Val Rahmeh, vous en rêviez ?

Roméo et Juliette dans les jardins du Val Rahmeh, vous en rêviez ? Le lycée professionnel Paul-Valéry l'a fait ! En cet après-midi ensoleillé, les élèves de l'atelier théâtre du lycée et les 3e " prépa-pro " présentaient deux interprétations de la tragédie de William Shakespeare.

Un décor idyllique dans lequel les murs ocres de la villa et les plantes luxuriantes du jardin ont côtoyé les décors réalisés par l'artiste Maria Cristiana Fioretti et Mme Scholz, la professeur d'arts appliqués du lycée.

Mention spéciale aux élèves de l'ULIS

Devant une soixantaine de personnes, ce sont d'abord huit élèves de l'atelier théâtre animé par Martine Marincola, qui interprètent Roméo et Juliette. Un atelier « ouvert aux élèves de l'ULIS (Unité localisée pour l'inclusion scolaire N.D.L.R.), en situation de handicap, mais également à tout le monde » précise Martine Marincola, coordinatrice de l'ULIS du lycée Paul-Valéry.

Le classique est raccourci à vingt minutes, met un accent particulier sur Frère Laurent, le confesseur de Roméo, et se termine à la mort de Mercutio et de Tybalt.

Les préparations ont commencé en octobre 2017, avec l'étude de l'œuvre et le visionnage de films. Et les élèves l'ont joué une première fois au Théâtre National de Nice le 10 février dernier, dans le cadre du projet « Shakespeare Freestyle » !

Les jeunes comédiens, à l'aise dans leurs rôles, investissent l'espace et les décors naturels à leur disposition de manière remarquable, que ce soit le balcon de la villa ou son jardin.

Style urbain

Le bonheur des lycéens âgés de 15 à 20 ans se lit sur leurs visages, mais aussi sur celui des spectateurs qui rient de bon cœur lorsque le texte de Shakespeare est adapté à un style plus urbain, comme lorsque Mercutio lâche un « Je m'en fiche » et quitte la scène en faisant des bras d'honneur. De la musique tantôt dramatique, tantôt lyrique, rythme les différents moments de la pièce, préparée par Martine Marincola et Monia Giovannangeli, spécialiste de Shakespeare.

En deuxième partie, onze élèves de la 3e "prépa-pro" se lancent dans l'interprétation de quelques scènes de Roméo et Juliette, en anglais, en français et en italien.

Presque du théâtre d'improvisation pour les jeunes comédiens qui ont préparé leur représentation au dernier moment, en ne la répétant que quelques fois, aidés par leurs professeurs d'anglais et d'italien. Des élèves dont le proviseur du lycée Paul-Valéry, Jean-Pierre Legros, est très fier. « De les voir interpréter cette pièce, en sachant toutes les difficultés personnelles qu'ils traversent, c'est quelque chose d'extraordinaire », confie-t-il, ému. Au cours de l'année, le projet Roméo et Juliette a joué le rôle de fil conducteur pour la 3e PP. Dans une petite pièce de la villa, les élèves ont affiché quelques-unes de leurs toiles et des photos de leur voyage à Vérone, pour lesquelles ils se sont amusés à reproduire des scènes de la pièce.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.