“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Rolex Masters : les derniers préparatifs

Mis à jour le 09/04/2016 à 05:10 Publié le 09/04/2016 à 05:10
Même ambiance dans les stands, au village, ou en coulisses, hier sur les coups de midi : tout le monde s'active, histoire d'être prêt pour le début du tournoi, aujourd'hui.

Même ambiance dans les stands, au village, ou en coulisses, hier sur les coups de midi : tout le monde s'active, histoire d'être prêt pour le début du tournoi, aujourd'hui. Michael Alesi

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Rolex Masters : les derniers préparatifs

Une dernière main avant les premières balles. Dernière ligne droite avant le début du tournoi qui se déroule d'aujourd'hui au 17 avril, hier du côté du Monte-Carlo Country Club…

Dans le ciel azur, une série de drapeaux claque au vent. Les bannières française, canadienne ou croate s'élèvent au-dessus du Court Central des Masters de Monte-Carlo. Des rangées de gradins beiges, bleus et verts s'étalent sur des dizaines et des dizaines de mètres. Le soleil se reflète sur la terre ocre du terrain. Tout est prêt. Tant mieux : midi vient de sonner, hier, au Monte-Carlo Country Club, et le tournoi commence dans moins de vingt-quatre heures.

Dernière ligne droite

Une ambiance très différente règne à quelques mètres du court central. Dans le village, les exposants finissent de préparer leurs stands.

Devant celui de la marque Façonnable s'étendent des rangées de chemises et polos, tous pliés. Les vêtements doivent venir s'installer dans le stand déjà monté. Rapidement. Mais le timing est bon, et puis « c'est la même chose que ce qu'on fait dans nos boutiques », dit Véronique, la responsable du stand et de la boutique de Monaco. De toute façon, « tout le monde sait ce qu'il a à faire ». Même chose autour des autres stands, chez les marques de vêtements de sport ou de matériel de tennis.

Un peu plus bas, le Court des Princes est lui aussi prêt. Même ambiance que dans le central. Gaël Monfils fait rebondir des balles jaunes sur la terre. Au-dessus, un homme règle une caméra. Et justement, en contrebas du court, d'autres paires de mains s'affairent autour d'épaisses bobines de câbles roulés en boule. Il faut relier les caméras aux pièces où arrivent les images, dans un gros bâtiment clair de préfabriqués. Ici aussi, « journée non-stop », sourit Stylianos Zacharopoulos, un cameraman.

C'est pareil pour tous ceux qui s'activent dans les pièces de cette tour de contrôle. Les salles sont encombrées d'écrans. Beaucoup sont très grands, il y en a encore davantage de plus petits. Des rangées et des rangées de boutons complètent le tableau.

Les hommes et femmes qui travaillent ici assurent la retransmission en direct de l'événement, ils montent des clips vidéos, créent des ralentis… et s'occupent du son. C'est le job de Janine, la souriante ingénieure du son. « Je récupère le son de tous les micros, explique-t-elle face à une rangée de boutons qui ne jurerait pas dans le cockpit d'un avion de ligne. Comme ça toi, tu t'assois dans ton canapé, tu regardes le match et ça sonne bien ».

Rien que sur le court central, seize micros captent les sons. Ensuite, c'est Janine qui les sélectionne. « Le spectateur doit entendre le bruit des balles de tennis, de la musique et, parfois, des râles de joueurs », dit-elle encore de sa voix teintée d'accent australien. Et puis elle s'y remet, en attendant aujourd'hui et le début du tournoi. Les drapeaux, eux, flottent toujours au-dessus du Court Central.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.