Rubriques




Se connecter à

Robert Prat, une vie au service du sport monégasque

Lorsque l'on parle d'escrime en principauté, un seul nom vient à l'esprit, celui de la famille Prat.

PIERRE DU TERRAIL Publié le 07/04/2017 à 05:08, mis à jour le 07/04/2017 à 05:08
Les trois frères Prat, Robert à gauche, Georges au centre, le président de la Fédération monégasque d'escrime, et Fernand - dit Nanou, sont les mémoires vivantes de l'escrime en principauté.
Les trois frères Prat, Robert à gauche, Georges au centre, le président de la Fédération monégasque d'escrime, et Fernand - dit Nanou, sont les mémoires vivantes de l'escrime en principauté.

Lorsque l'on parle d'escrime en principauté, un seul nom vient à l'esprit, celui de la famille Prat. L'histoire de la famille remonte à 1909 lorsque, à l'âge de 25 ans, le grand-père, Jules Prat, ouvre sa propre salle d'armes - rue de Millo - après son service militaire au bataillon de Joinville. Depuis, toute la lignée des Prat a enseigné, ou pratiqué, l'escrime à Monaco jusqu'à aujourd'hui où la 5e génération est à l'œuvre.

Robert Prat est l'un des piliers de cette saga familiale. Il commence l'escrime à 7 ans avec son oncle Louis comme maître d'armes et son père Fernand comme entraîneur. À son adolescence, il remporte de multiples coupes départementales et régionales. À 18 ans, il s'engage dans l'armée française pour cinq ans au bataillon de Joinville où il passe brillamment ses diplômes de maître nageur et de maître d'armes.

Il rentre à Monaco pour se marier et est employé comme électricien avant d'intégrer la police municipale. Quelques années plus tard, il part avec sa famille en Afrique, en particulier au Zaïre (ex-Congo belge, maintenant République Démocratique du Congo) dans une société privée, comme directeur régional de magasins de chaussures, avant d'être muté au Mexique et aux Antilles. Pendant cette période, il enseigne l'escrime à l'université de Kinshasa mais aussi au Mexique. Il rentre à Monaco en 1977 ou il entre comme maître nageur des écoles au stade nautique et commence à enseigner l'escrime au club « L'Escrime et le Pistolet de Monaco », fondé par son grand-père.

 

Des talents multiples

Commence alors en principauté la vie trépidante de Robert dans ses multiples réalisations et collections de photos, livres, timbres, médailles, cartes téléphoniques, pin's, et bien d'autres choses (lire ci-dessous) Toutes ses passions et ses travaux ont pour objectif le rayonnement de la Principauté de Monaco dans le domaine sportif et culturel.

Les différentes décorations qu'il a reçues des instances gouvernementales le récompensent et rendent hommage à son dévouement. Membre du Comité Olympique monégasque et vice-président de la fédération monégasque d'Escrime, de l'association numismatique et de l'association de l'Union philatélique de Monaco, Robert Prat a su y parfaire ses hobbies. Récemment, il participe, grâce à ses 6 000 diapositives sur la construction de Fontvieille, au magnifique livre édité par JB. Pastor &Fils, Fontvieille, une aventure nationale, où, pendant plus de 26 ans, il photographie à partir de points stratégiques toute la construction de la presqu'île.

Collectionneur effréné de pièces d'escrime et olympiques, de médailles et d'objets d'art africain, il participe avec le Comité Olympique monégasque comme photographe aux Jeux Olympiques de Séoul (1988), d'Atlanta (1996), de Sydney 2000 et d'Athènes (2004). À 80 ans, qu'il fêtera le 14 avril, il continue une fois par semaine à apporter son savoir et son expérience en enseignant l'escrime aux nouveaux adultes du club tout en préparant un livre sur les multiples activités de l'ancien stade Louis-II. Chapeau Robert et bon anniversaire !

Offre numérique MM+

...

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.