“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Retraité de l'armée de l'air, il veut créer un rucher collectif

Mis à jour le 10/12/2018 à 05:02 Publié le 10/12/2018 à 05:02
Parmi l'assemblée attentive, Alain Laval et Lucien Caffino (à gauche, de g. à dr.), deux apiculteurs locaux expérimentés et conseils  de Bernard Champion. À droite : Bernard Champion, apiculteur expérimental, a eu la bonne surprise de voir arriver à sa conférence Augustin Sottile (à droite).

Parmi l'assemblée attentive, Alain Laval et Lucien Caffino (à gauche, de g. à dr.), deux apiculteurs locaux expérimentés et conseils de Bernard Champion. À droite : Bernard Champion, apiculteur expérimental, a eu la bonne surprise de voir arriver à sa conférence Augustin Sottile (à droite... M.-E.C.

Retraité de l'armée de l'air, il veut créer un rucher collectif

Samedi après-midi, la médiathèque du Four banal avait organisé un rendez-vous autour des abeilles et, à voir la petite salle bondée, le sort de ces hyménoptères intéresse les Turbiasques.

Samedi après-midi, la médiathèque du Four banal avait organisé un rendez-vous autour des abeilles et, à voir la petite salle bondée, le sort de ces hyménoptères intéresse les Turbiasques.

Une première satisfaction pour le conférencier, Bernard Champion, lieutenant-colonel de l'armée de l'air à la retraite qui se passionne depuis pour l'observation de la faune et se fait un plaisir de partager cette richesse avec tout public intéressé. S'intéressant depuis quatre ans aux abeilles, non pas comme productrices de miel mais bel et bien comme agents de la biodiversité, il développe depuis quatre mois à La Turbie, à titre personnel, un rucher expérimental dans lequel il accueille une abeille rustique, l'Apis Mellifera Mellifera. Et vise désormais la création d'un rucher collectif - voire communal. L'un des buts de cette conférence était de partager ce projet avec des personnes intéressées par cette démarche.

« La biodiversité c'est la vie. La vie végétale, la vie animale : toutes les deux sont interdépendantes l'une n'existe pas sans l'autre et l'abeille est à l'interface des deux - elle s'occupe de 80 % de la pollinisation », expliquait-il en ouverture de conférence, avant de lancer le visionnage du documentaire de 24 minutes C'est pas Sorcier sur les abeilles, destiné à planter le décor.

« Chacun doit apporter, échanger, partager »

Ensuite, Bernard Champion a complété l'information de l'auditoire par une présentation plus technique des différentes races d'abeilles et de leur mode de vie et de production, aidé par deux amis apiculteurs locaux qui lui apportent toute la richesse de leur longue expérience : Lucien Caffino, Monégasque, qui compte 40 ans d'apiculture au Gayan, très pédagogue ; et Alain Laval, Mentonnais précurseur de la ruche urbaine et membre du groupement de défense sanitaire des abeilles dans le 06 (CIVAM).

À la fin de la conférence, déjà plus de 30 personnes s'étaient inscrites dans le cahier qu'avait fait passer Bernard Champion en vue de la création du rucher collectif. « Attention, il ne s'agit pas d'une association où un président dirige tout. Dans notre démarche, chacun doit venir pour apporter, échanger, partager. Et comme c'est l'horloge biologique de l'abeille qui nous donne le timing, rendez-vous dans trois mois, à la sortie de l'hiver. »


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct